Le pouvoir au travail est-il bon ou mauvais ?

 

           Définition du pouvoir au travail 

Étymologiquement, la notion de « pouvoir » (podeir, potere) évoque l’idée d’« être capable de ». Elle ne se réfère pas à une légitimité mais à des capacités, des moyens qui permettent d’obtenir quelque chose, un comportement de l’autre, quel que soit le statut des protagonistes.

Avoir du pouvoir en entreprise, signifie avoir plus de responsabilités, diriger une équipe pouvant aller de quelques personnes a des centaines voir des milliers. Lire la suite

Le mal-être au travail : ces conséquences et les solutions à apporter

 Notre démarche de médiation documentaire a été réalisée avec l’envie de découvrir les causes du bonheur dans le monde, c’est pour cela que nous nous sommes penchées sur le bonheur au travail car ce sujet est d’actualité et très médiatisé. Nous avons vue des reportages à la TV ainsi que des témoignages audio, à la radio.

Les maladies ou problèmes de famille liés au travail sont induits par la mondialisation, des firmes internationales aux petites entreprises, l’employeur demande toujours plus à ces salariés et à lui même. Il y a toujours plus de demandes du consommateur, toujours plus d’innovation et toujours moins de temps. Lire la suite

Le travail, acteur de notre bonheur ?

De nos jours, le travail prend une place très importante dans notre vie puisqu’il occupe la plus grande majorité de notre temps. Pour que notre travail ne devienne pas une tâche désagréable de notre quotidien, il est préférable de s’y sentir bien, d’avoir un vrai confort. Certes, le bonheur est avant tout un état d’esprit, mais il résulte surtout d’une satisfaction personnelle.  Sans celle-ci, il est très difficile de parler de bonheur. Ils sont beaucoup à s’être rendu compte que le travail était plus efficace lorsqu’il est réalisé par quelqu’un qui a le droit à un véritable confort de travail. C’est pour cela que beaucoup d’entreprises mettent en place des systèmes pour le bien-être de leurs salariés, mais ce n’est malheureusement pas le cas de tous. Dans quelle mesure peut-on dire que le travail à des répercussions sur notre bien-être ? Pour répondre au mieux à cette question, nous allons évoquer le lien entre bonheur et travail. Ensuite nous verrons certains éléments qui peuvent être contradictoires au bonheur dans le travail, et nous finirons avec le burn-out, la maladie qui coupe tout lien entre bonheur et travail.

Lire la suite

Internet change-t-il, à tout âge, notre rapport au temps ?

De nos jours, la plupart des gens passent leur temps sur Internet soit pour faire des recherches d’ordre professionnel ou personnel, soit juste pour passer le temps. Un bon nombre de personnes passe trop de temps sur internet. Mais selon l’âge, l’utilisation diffère.

 

I. La vie des jeunes d’aujourd’hui

En ce moment, de plus en plus, les jeunes passent leur temps sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Instagram, d’après Marc Oeynhausen. Dès leur plus jeune âge, ils savent déjà comment on utilise les tablettes, les portables. Aujourd’hui, les ados ont du mal à se mettre au travail. Ils remettent, par exemple, leurs devoirs au lendemain et ainsi de suite, tous les jours, ce qui fait que beaucoup de jeunes passent leur temps sur leur ordinateur et ne font rien d’autre, ce qui s’appelle la procrastination. Ainsi, les jeunes sont de plus en plus dépendants d’Internet ; ils ne trouvent plus le temps pour faire d’autres activités.
Les ados peuvent rester devant leurs écrans pendant des heures entières, même pendant la nuit, pour surfer sur Internet et regarder des choses pas forcément très intéressantes. De plus, les jeunes restent dans leur monde virtuel ; ils ne sortent plus avec les copains pour aller à des concerts, au cinéma, au restaurant… Ils préfèrent communiquer par Internet dans un monde virtuel en restant cloîtrés, seuls, dans leurs chambres.

II. Le monde du travail

Hard work

Dur travail…

Quand on entre dans le monde du travail, on est aussi souvent sur Internet pour travailler sur des projets administratifs ou préparer les réunions qui auront lieu plus tard. Ainsi, les adultes y passent parfois autant d’heures que les jeunes, voire plus, mais c’est surtout au niveau du travail. Parfois, ça leur arrive de passer du temps sur Internet pour leurs loisirs. Mais ils préfèrent consacrer davantage de temps à leur famille. D’après le site du figaro.
Cependant, certaines personnes, même des adultes, passent tellement de temps sur leur ordinateur, même au travail, qu’elles deviennent « accros », car elles ne voient plus les heures passer. Elles oublient leur conjoint, leurs enfants, l’heure qu’il est, et même parfois elles ne font plus la différence entre le jour et la nuit, car veillant très tard, elles sont décalées. Il faut dire que certaines ont tellement de travail à rendre qu’elles se laissent déborder et ne s’en sortent plus.

III. Un plaisir au quotidien

Ensuite, on trouve des personnes de tout âge pour lesquelles passer du temps sur leurs ordinateurs et portables constitue un plaisir quotidien. Certains disent que les gens passent trop d’heures sur Internet pour pouvoir consacrer suffisamment de temps à leurs proches et à leur famille. Mais ils ont oublié une partie des gens pour laquelle c’est l’inverse : ils font au plus vite tout ce qu’il faut faire au niveau famille, amis, travail afin de consacrer leurs loisirs, avec plaisir, à surfer sur Internet. Là encore certaines personnes y passent de longues heures la nuit comme le jour.

D’après les documents qu’on a lus et ce qu’on a constaté, ce sont surtout les jeunes qui passent tout leur temps sur internet pour leur plaisir au quotidien. C’est décrit comme une maladie qu’on appelle l’addiction à Internet. Dans le monde du travail aussi, les gens passent beaucoup de temps sur Internet, que ce soit à la maison ou sur leur lieu de travail, au point d’en oublier leurs occupations et besoins essentiels comme manger ou s’occuper de leur famille. L’Europe est en train de rattraper la Chine au niveau de la nouvelle technologie, d’après Dominique Lacroix. La perte de temps serait-elle donc devenue un plaisir dans notre société.

Camille Kern et Izaoura Soula

Bibliographie :
  • Barnéoud, Lise. L’addiction à internet existe-t-elle ? (dossier : internet modèle-t-il notre cerveau ?). Recherche (La) 467 . 01-09-2012. pages : 54-57.
  • Boussicaud Ronan, en quoi le web change-t-il notre au temps?, a 27/07/12
  • Définition de Procrastiner : http://fr.wikipedia.org/wiki/Procrastination
  • Dominique Lacroix.M blogs.le monde.fr[en ligne].Dominique lacroix,03 octobre 2013,16 decembre 2014[date de publication]
    http://reseaux.blog.lemonde.fr/2013/10/03/reinventer-rapport-temps-bernard-stiegleer/
  • Le Figaro. Le manque de temps, un syndrome à dépasser, mis le 05/09/2014. disponible sur : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/09/05/22756-manque-temps-syndrome-depasser
  • Oeynhausen, Marc. les ados “hyperconnectés” sont-ils en danger”, en janvier 2013. Science humaine.
  • Gaudreault Julia. ces technologies qui transforment notre rapport au temps. volume 12,numéro 1,julien 2011 (revue développement social)
  • INSEE, Layla Ricroch et Benoît Roumier, Depuis 11 ans, moins de tâches ménagères, plus d’Internet, disponible sur : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1377
  • Schmitt Laurent, l’addiction a internet : une nouvelle maladie, 27/11/2007, mise a jour le 26/01/2014
    http://www.huffingtonpost.fr/laurent-schmitt/addiction-internet_b_4344040.html