l’alimentation citadine et son avenir

Avec l’effet de la mondialisation, de la crise, de l’augmentation démographique, l’urbanisation et le développement de la recherche, on peut remarquer une évolution continue de notre consommation alimentaire. On se penchera sur le tournant de notre alimentation, plus précisément en ville. Pour cela nous étudierons d’abord les prévisions alimentaires au niveau mondial, puis nous nous concentrerons les enjeux de la publicité. Et nous terminerons avec un type de produit en nette expansion dans notre société: les alicaments.

I/ Que pouvons nous prévoir sur notre alimentation future.

Notre société a un choix alimentaire très varié, par le fait de sa grande mondialisation, de la crise qui la touche, des mélanges de culture et de classes sociales. Pour y voir plus claire dans ce qu’est notre façon de nous alimenter et son avenir. Nous allons montrer quelques prévisions au niveau mondial. Le premier de ces scénarios est appelé  « tendanciel », car bien que l’on voit un changement du mode de vie, un vieillissement de la population, un éloignement entre le domicile et l’emploi des citoyens, on voit aussi une faible croissance économique.Nous avons tendance à garder nos habitudes alimentaires en préférant la restauration rapide.Cela entraîne une augmentation de l’alimentation des produits sucres, de la mer et de viande blanche, au détriment des pommes de terre et de la viande rouge et du beurre. Ce scénario ne change pas réellement nos tendances alimentaires, mais surtout dans la préparation de nos plats, c’est à dire vers une préparation rapide de la nourriture.Le deuxième scénario qui nous est proposé est un scénario qui nous pousse à nous mettre au niveau des états unis. Ce scénario entraîne une consommation à deux vitesses :l une par l augmentation de sandwicherie et de fast food causer par la distance entre le logement et le travail et un essor des restaurations haute gamme qui ne sont accessibles qu’à une faible partie de la population.Vient ensuite le scénario « type nordique » où les européens prennent conscience sensiblement de l’augmentation des cas d’obésité et cherchent à les diminuer à tout prix, et mettent donc en place des mesures importantes de prévention contre l’obésité et rééquilibre les budgets de la société. Ce qui a pour incidence d’augmenter la nourriture à base des produits de la mer en diminuant leur prix d’achat.En contrepartie des charcuteries et du beurre qui voient un net frein à leur consommation. Enfin le dernier scénario qui nous est proposé est un scénario de crise où sous la pression de la mondialisation, l’Europe engage des réformes de ses gouvernements qui vont accentuer les inégalités économiques de leur nation. Ce qui entraîne aussi une nette inégalité dans la consommation et son déséquilibre alimentaire, même chez les classes aisées qui, bien que leur consommation est plus importante, elle reste inférieure à leurs revenus, en privilégient la préparation et la qualité. On voit alors une augmentation énorme de la consommation de produits sucrés et à base d’huile au détriment des viande et du fromage qui est complètement rejeté part la plus grande partie de la population.

II/La toute puissance de la publicité et c’est limite

Dans une société où la consommation règne, la publicité joue un grand rôle dans le choix des consommateurs. Pour cela les entreprises agroalimentaires cherchent à attirer les consommateurs grâce à des publicités récurrentes et attractives. Mais celles-ci ne se limitent plus qu’à ces moyennes. Elles ont mis en place des publicités drôles et amusantes pour vendre leurs produits et se démarquer de leurs concurrents, par exemple les marques de biscuits apéritifs ou pour enfant de 4 à 8 ans. Celle ci engendre aussi une effet de mode de certain utilitaire, par l’Américanisation de leur publique, en vantant certains types de restauration « sur le pousse ».On peut aussi remarquer certain message préventif par certaines enseignes d’industrie alimentaire, pour que les consommateur aient une nourriture plus variée et plus saine, en lui faisant acheter le produit. Ils mettent aussi en place, depuis quelques années, des publicités vantant les biens faits de certaines de leurs fabrications, comme ceux à base d’Oméga 3 ou au bifidus.

III/ entrez en scène des alicaments

Depuis plusieurs années, la recherche dans l’alimentaire est de plus en plus pertinente. Nous sommes passé de produits frais à des produits avec plus grande conservation (poudres, conserves, produits sous-vide,…) et actuellement nous voyons entrer sur le marché un nouveau type de produit les alicaments ou « Cosmetofood ». Ces produits sont des aliments présentant certaines propriétés parapharmaceutique et des éléments de prévention de certaines maladies graves. Ces produits ont connu une apparition soudaine et un engouement soudain de la population pour se style de produit, et les fabricants ont compris cela.Durant une période, on cherche à se démarquer en proposant de plus en plus bien fait sur l’organisme sans pouvoir prouver leur affirmation. Pour corriger leurs déviances, l’Union Européenne, le 16 mai 2012 la réglementation N°432/2012 est mis en place pour vérifier et prouver les biens fondés et limiter les duperie des affirmations des entreprises, pour permettre aux consommateurs de ne plus se faire tromper par des groupes ne cherchant qu’à se démarquer pour gagner plus.

Dans un monde où règne publicité ,consommation en abondance, problèmes d’argents,de santé et modèles nutritionnels en tous genres, plus personne ne sait différencier maintenant ,ce qui est vital et ce qui est superficiel.Des hypothèses émises, des progrès scientifiques, tout avance et évolue sans cesse.Aujourd’hui, c’est à nous de savoir ce qui peut être le mieux pour nous.

Jonathan Godefroy

Elena Martin

Bibliographie:

Branger,Alain/ Richer,Marie-Madeleine/Roustel,Sebastien Alimetation et processus technologiques, en 2007. 100p, 96-98p, 66p, 52p,43p.

 François. Chambre d’agriculture Normandie disponible sur:http://www.normandie.chambagri.fr/2020/etude.htm

Pas Nathalie. 2020:que mangerons-nous?Chambre d’agriculture Normandie mise a jour 11 juillet 2006. disponible sur: http://www.normandie.chambagri.fr/2020/documents/C02.pdf

Chauvin Sophie, Le Nechet Raynald2020:que mangerons-nous?Chambre d’agriculture Normandie mise a jour 11 juillet 2006. disponible sur:http://www.normandie.chambagri.fr/2020/documents/C03.pdf

Legrain Philippe2020:que mangerons-nous?Chambre d’agriculture Normandie mise a jour 11 juillet 2006. disponible sur:  http://www.normandie.chambagri.fr/2020/documents/C04.pdf

Hirschler Jean2020:que mangerons-nous?Chambre d’agriculture Normandie mise a jour 11 juillet 2006. disponible sur:http://www.normandie.chambagri.fr/2020/documents/C05.pdf

La conquête spatiale

Dans le cadre de notre formation, nous avons été amené à traiter le thème « Partir-Venir : Voyage, mobilité, migration ». A travers ce thème, nous avons choisi de traiter le sujet de la conquête spatiale, en posant la problématique suivante : « La conquête spatiale : rêve ou rejet ? ».

Pour répondre à cette question, nous aborderons l’histoire de la conquête spatiale, puis le rêve de la conquête d’un nouveau monde et enfin nous étudierons un frein à cette conquête : l’économie.

L’histoire de la conquête spatiale.

La conquête spatiale a commencé à travers la littérature, comme l’affirme Jacques VILLAIN : « nombre d’écrivains à l’imagination débordante vont ancrer le voyage spatiale dans la conscience collective ».

Alors, c’est au XXème siècle que débute une période de confrontation idéologique et politique entre les États-Unis et l’URSS : c’est la guerre froide. La course aux armements mène les scientifiques à poursuivre leurs recherches concernant la conquête spatiale.

Les deux Grands, mettent leur honneur en jeu en annonçant qu’ils lanceront un satellite artificiel chacun de leur coté.

Grâce à l’imagination débordante des écrivains, un rêve et une histoire sont nés qui seront remis à l’ordre du jour grâce aux États-Unis et à l’URSS.

Le rêve de la conquête d’un nouveau monde.

Lucien de Samosate au IIème siècle a été le premier écrivain a évoquer le voyage spatial, suivi par Cyrano de Bergerac, Aristote, Fontenelle, Voltaire…  La Lune et Mars sont les destinations des héros les plus rencontrées dans les oeuvres des écrivains.

Les moyens de transport de ces odyssées sont ceux de l’époque des auteurs, on y rencontre par exemple bateaux, chevaux, oiseaux…

D’après Jacques VILLAIN « le lecteur va même, quelque peu abusivement, étroitement associer le nom de certains écrivains à l’exploration spatiale « . Les écrivains sont les fondateurs de par le rêve de la conquête spatiale.

Le mystère de la lune est une puissante source d’inspiration, pour Jules Verne dans l’oeuvre De la Terre à la Lune (1865), il  décrit un voyage vers la Lune dans une capsule habité propulsé par un canon géant. La lune est une conquête littéraire devenue réalité.

Neil ARMSTRONG en 1969 franchira les étapes de l’imaginaire en étant le premier homme a avoir marché sur la Lune…

Le rêve devient réalité:

NASA. Portrait de l’astronaute Neil ARMSTRONG. 1er juillet 1969. Wikipédia.fr

 « un petit pas pour l’homme, un bon de géant pour l’humanité ».

Il y a vingt ans, s’aventurer au-delà du cosmos ne s’envisageait pas , franchir les frontière de notre Univers est toujours d’actualité car certains pays tels que la Chine ont réalisés ce rêve récemment en envoyant leur premier vaisseau spatial habité.

Mars est désormais estimé comme un objectif raisonnable. Le rêve est loin de s’achever. D’après Stefan BARENSKY « nous disposons d’un parfait terrain d’essai : la Lune ».

Mais les frontières économiques peuvent ralentir l’aboutissement du rêve.

Un frein pour la conquête: l’économie

 L’économie est un point clef de la réalisation de nombreux rêves notamment avec l’avènement du tourisme spatial depuis quelques années. Cependant ce loisir est réservé à une certaine classe sociale, en effet  le tarif d’un voyage suborbital a été fixé a 100 000 Dollars par personne, pour que chaque vol soit rentable.

Un réel marché en orbite se met en place.

D’après des données de 2009, seulement 7 touristes ont pu effectuer un voyage dans l’espace, en effet pour une dizaine de jour chacun a déboursé 20 millions de Dollars.

Pour les autres classes sociales, le rêve diminue à cause de prix exorbitants.

Le tourisme reste un loisir pour quelques privilégiés, son développement sera donc restreint.

La conquête spatiale revient cher aux différents Etats. Le domaine spatial est un secteur à la pointe de la technologie. L’espace se vend littéralement à prix d’or, mais non sans raisons: les matériaux, les études scientifiques sont coûteux pour son développement. Aux Etats Unis les dépenses courantes et le capital privé et public représentent 2.8% du PIB soit 308 milliards de Dollars.

Chaque lancement de projets est coûteux, par exemple un vol habité vers Mars coûte 600 milliards de Dollars, les 17 missions Apollo ont coûté 73 milliards de Dollars ou encore le projet Orion a coûté 11 millions de Dollars.

Ces chiffres peuvent freiner certains pays à ne pas développer cette activité.

Les écrivains de par leur imagination ont créé le rêve devenu réalité des siècles plus tard grâce au développement  des technologies spatiales. Malgré un coût économique important le rêve reste encré dans les mémoires.  De nouveaux loisirs apparaissent tels que le tourisme spatial encore trop coûteux réservé à la classe la plus aisée. Le voyage spatial reste un projet récent, il commence seulement à se développer lui offrant un avenir prometteur.

DELCROIX Noémie et COURTY Roxane

 Bibliographie

-BARENSKY Stefan. L’homme veut faire son retour dans l’espace. Sciences et vie, Mars 2009, n° 246, p. 147-150.

– BELEC Thomas, CART Rodolphe, LIENART Jérémie. La conquête spatiale : le contexte historique : La guerre froide (en ligne). (consulté le 22/11/12). http://la-conquete-spatiale.e-monsite.com/pages/contexte-historique-la-guerre-froide.html

– BOBIN Frédéric. La Chine a lancé avec succès son premier vaisseau spatial habité. Journal Le Monde, 16/10/03, n° 18 264.

-CHANG Kenneth. Prière de ne pas toucher à la lune. Courrier international. 22/03/12-26/03/12, n°1116, p. 48.

-CLERGEAU Béatrice. La conquête de l’espace, dossier pédagogique. (consulté le 06/12/12). p. 1-3, 6.8.10.12.13.14.15.17.18.21.22.

-GROUSSON Mathieu. Les premiers signes de l’au-delà. Sciences et vie. Mars 2012, N°1134, p 48 – 66.

-KTITAREFF Michel. 2004 l’odyssée du tourisme spatial. La recherche. Avril 2004, n° 374, p. 46-51.

-NASA. Portrait de l’astronaute Neil ARMSTRONG. 1er juillet 1969. Wikipédia.fr

-L’université de Sherbrooke. La retombée de la conquête spatiale, (en ligne), ( consulté le 22/11/12), http://www.astrosurf.com/luxorion/astronautique-retombees-sondages.htm

-VILLAIN Jacques. Du rêve aux exploits : le temps des pionniers. http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-l-espace-et-l-homme/  (consulté le 22/11/2012)

Le Tourisme de Masse en France depuis 1936.

Le Tourisme pour tous !


        La France est actuellement la première destination touristique au monde car elle possède des atouts indéniable.

Francesco Frangialli, ancien secrétaire général de l’Organisation Mondial du Tourisme, nous parle d’ailleurs des « 7 merveilles du tourisme français » qui sont, pour commencer, une situation géographique privilégiée avec des montagnes, plaines, mer et climats qui sont donc relativement diversifiée. Par la suite nous disposons d’un territoire disponible important avec une densité de population relativement modérée au regard des normes européennes. Mais aussi d’une antériorité touristique ainsi qu’un exceptionnel patrimoine historique et culturel. Pour continuer beaucoup de petites et moyennes entreprises contribuent à ne rien exclure du phénomène touristique. Et enfin pour finir, la France dispose d’une agriculture et d’une industrie agro-alimentaire très importantes sur lesquels l’industrie touristique peut s’appuyer pour se développer au mieux.

Malgré cela le tourisme n’a pas toujours été a la portée de tous, et c’est en 1936 avec la signature des Accords de Matignon et le droit à 15 jours de congés payés que les classes ouvrières purent enfin partir a la découverte de la France.

C’est pour cela qu’il sera intéressant de  voir si la mise en place des congés payés en 1936 ont contribué à l’essor d’un « Tourisme de Masse. »

Nous verrons premièrement ce que sont concrètement les Accords de Matignon et ce que leur signature engendra, puis nous expliquerons ce phénomène de « Tourisme de Masse »qui s’est logiquement produit. Ensuite nous développerons dans une deuxième partie les niveaux socio-économique, puis dans une troisième partie le niveau culturel, que ce tourisme  a engendré en France, depuis 1936.

Les premières vacances… été 1936.
(Cliché de Roger-Violet)

 

Les Accords de Matignon en 1936:

         Les Accords de Matignon sont signés dans la nuit du 7 au 8 juin 1936 à l’hôtel Matignon de Paris, par Léon Blum, président du conseil des ministres du Front Populaire.

Ces accords sont signés entre la Confédération générale de la production française ( CGPF), l’État et la Confédération générale du travail ( CGT).

Les ouvriers, en échange de l’évacuation des usines occupés par les grévistes à cause de la victoire du Front Populaire, obtiennent différents acquis sociaux, comme, par exemple, l’augmentation de 7 à 15 % des salaires ou la mise en place de délégués du personnel pour défendre leurs intérêts, ils ne peuvent plus être licencié sans l’autorisation de l’inspecteur du travail.

Mais les droits que l’on retient surement le plus et qui ont été acquis par les lois du 11 et 12 juin 1936 sont la semaine de 40 heures et, en particulier, 15 jours de congés payés : 13 jours de vacances et 2 du week-end.

Dès l’été 1936 la France connait un phénomène nouveau, les travailleurs partent en vacances, même si ce n’est souvent pas loin de chez eux, ils connaissent désormais ce que le mot vacances signifie, c’est la création progressive d’une « Société de Loisirs »

D’après le site Suite101.fr : <<On estime qu’environ 600 000 ouvriers sont partis en vacances dès l’année 1936.>>

Les Accords de Matignon ont permis à de nouvelles classes sociales de découvrir les joies des loisirs et du tourisme, ces activités était jusque la réservées aux plus aisés.

Le « Tourisme de Masse » est donc la conséquence logique à la création des congés payés.

 Par ailleurs l’Organisation Mondial du Tourisme affirme que le voyage est aujourd’hui considéré comme un droit pour tout être humain.

Le Tourisme engendre différents impacts qui sont de natures sociale, économique mais aussi culturel.

Journal « L’Humanité » de l’année 1936 qui parle de la signature des Accords de Matignon

 

Un Tourisme Social …

 

A partir de l’été1936 les classes populaires partent à la découverte de la France. Ces voyageurs sont en général peu fortunés. Un Tourisme social se développe alors.

 L’année 1936 et le Front Populaire constitue une avancé en soi dans l’histoire de la France, car hélas jusque la le tourisme était un loisir réservé aux classes privilégiées.

D’après l’article « Tourisme pour tous ! » dans le Magazine Alternatives Économiques n° 271 le ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Jean Zay, déclare que : «  L’homme qui travaille a besoin de se recréer pendant ses heures de loisir. Pour répondre à cette nécessité, le tourisme, qui est une des formes les plus saines et les plus agréables de la vie en plein air, doit être mis a la portée de tous pendant les week-ends et les vacances. »

Lors de la généralisation des congés payés, qui était alors de 15 jours, des moyens sont mis en place pour permettre aux personnes modeste de pouvoir partir.

Comme des billets de train a tarif réduit. 600 000 sont vendus en 1936 et près de deux millions en 1937.

Les nouveaux voyageurs affluent en particulier sur la Côte d’Azur, dans les stations balnéaires et thermales les plus connus. Ce qui a d’ailleurs pour conséquence de faire fuir les classes aisées devant tant de gens modestes, qualifiés à l’époque par les revues d’extrêmes droites de « Salopards en casquettes. »

Par la suite il y a création de multiples structures d’accueil pour vacanciers peu fortunés comme des campings, des villages vacances familles ( VVF) , des colonies de vacances ou bien encore des centres de vacances des comités d’entreprises.

A l’époque les campings étaient des endroits ou seul les classes aisées allaient, ce n’est que dans les années 50 que cette vision changea et que cela devint un type d’hébergement populaire.

Désormais les campings constituent des micros sociétés organisées avec des règles de vie commune et des habitués qui s’y retrouvent tout les ans. Malheureusement au fils des ans le tourisme social baisse sous l’effet de l’individualisme croissant de la société contemporaine.

Par exemple les villages vacances familles ont traversé une grave crise a la fin des années 1990 et depuis ont été transformé en société anonyme et démantelé avec privation d’une partie des villages.

Mais le tourisme bon marché ne disparaît pas, on voit l’apparition d’offres a bas prix comme les chaines d’hôtel type Formule 1 qui offrent un confort plutôt minimum et une localisation touristique en général peu attractive.

Aujourd’hui l’esprit militant du tourisme social a été remplacé par l’optimisation du rapport qualité prix.

Magazine « Regards » du 2 septembre 1937.

… Économique…

C’est une des conséquences logique au fait qu’aujourd’hui le tourisme est un secteur clé de l’économie française

 D’après le site France, fr : « le tourisme rapporte plus de 30 milliards de recettes chaque année dans l’hôtellerie, les commerces, les loisirs, etc. »

Dans les années 1990 la France est devenue la première destination touristique au monde devant les États-Unis. Par ailleurs le tourisme emploie directement en France un million de personnes et fait travailler tous les autres secteurs de l’économie. Devant un tourisme de masse de plus en plus important et l’attrait des voyageurs pour les régions ensoleillées, le littoral mais aussi devant le développement des sports d’hiver il a fallu faire construire ou agrandir de nombreuses infrastructures et tout cela a suscité de grands programmes d’aménagement au cours des années 1960 à 1980, tant sur le littoral qu’à la montagne.

Ces programmes d’aménagements sont par exemples : Le plan Neige de 1964, la mission Racine pour le Languedoc-Roussillon et la mission interministérielle d’aménagement de la Côte Aquitaine (MIACA).

 Ces aménagements ont considérablement changé l’économie des régions concernés

Et tout ces sites touristiques très connus et très visités sont desservies par de grosses voix de communication comme des autoroutes, des aéroports, des TGV qui sont souvent saturées en période de vacances.

 Le tourisme, secteur clé de l’économie française n’a donc pas fini de se développer.

Le poids touristique des espaces de séjour en France.

 

 … Et Culturel.

Au delà des dimensions économiques et sociales, le tourisme c’est aussi un fort impact culturel sur les voyageurs où tout simplement les habitants français.
De nos jours la population est de plus en plus ouverte aux arts culturels. Sur les trente premiers sites culturels situé en France, en termes d’entrées comptabilisées, vingt-quatre sont ainsi situés dans Paris,
dont bien sûr le Louvre (8,42 millions d’entrées en 2008), la tour Eiffel (6,93 millions). Mais ce résultat cache un déséquilibre tout aussi important. Avec 15,3 millions d’entrées Disneyland Paris, à Marne-la-Vallée, représente à lui seul 45% de la fréquentation des trente premiers sites non-culturels. Ces informations nous sont apportées par le site geotourweb.com écrit par Philippe Keriourio, professeur d’histoire-géographie. Beaucoup de touristes perçoivent la France comme une destination riche culturellement, ce qui en fait son principal point fort. La France propose de plus en plus de monuments classés historiquement,comme des musées, ou même encore des théâtres. Le secteur culturel, est un secteur dynamique. Face à un intérêt croissant des visiteurs,le Ministre de la Culture et de la Communication et le Secrétaire d’état en charge du tourisme ont signé une convention « culture-tourisme »
dont l’objectif est d’encourager «la création d’activités touristiques d’affaires, d’hébergement ou de création d’évènements dans les sites.». Ce renseignement nous parvient du site Web atout-france.fr écrit pas Christian Mantei. Le tourisme culturel est une forme de tourisme centré sur la culture, l’environnement culturel, les valeurs et les styles de vie, le patrimoine local,
les arts plastiques et ceux du spectacle, les industries, les traditions et les ressources de loisirs de la communauté d’accueil. Il peut comprendre la participation à des événements culturels, des visites de musées, de monuments et la rencontre avec des locaux.

La France est alors un pays très centré sur le tourisme culturel de part le riche patrimoine qu’elle possède, ce qui en fait un de ces principaux atouts touristiques.

 


La France, un pays plein d’atouts.

Pour en conclure sur notre sujet nous pouvons dire que l’essor du tourisme de masse fait son apparition en 1936. Nous assistons à une transformation des formes du tourisme.

Cet évènement est marqué par la signature des accords de Matignon en 1936. Désormais la semaine de travail passe à 40h et les ouvriers disposent de 15 jours de congés payés. Cette loi permet donc à environ 500 000 personnes de partir en vacance pour la première fois. La France toute entière est concernée par le phénomène touristique. Le tourisme n’est plus réservé aux bourgeois. Le tourisme « pour tous » se développe. L’hôtellerie économique et de moyenne gamme devient de plus en plus présent en parallèle avec l’hôtellerie de luxe.

Par la suite, plusieurs faits ont contribué à l’essor du tourisme de masse, comme par exemple le développement des moyens de transports ou encore  l’attrait des voyageurs pour les régions ensoleillées.

Après un tourisme économique et social , le tourisme culturel joue aussi un rôle important au niveau de l’essor du tourisme de masse. La création de nouveaux musées, ou encore de nouveaux monuments historiques font grimpés les chiffres du tourisme en France. La France est un pays centré sur le tourisme culturel de part le riche patrimoine quelle possède, ce qui en fait un de ces principal atout touristique.

Personnellement, nous habitant français, nous sommes fières de la diversité touristiques qui existe en France. Ce pays européen est un pays intéressant au niveau du tourisme économique, social et culturel.

 

Caroline HUG et Margot SCHNEIDER

Bibliographie :

-Dehais, Béatrice. Mondialisation les dégâts du tourisme. Alternatives Economiques n°194. Juillet 2001

-dgcis.com [en ligne]. [Consulté le 01/05/2012]. Le tourisme des Français en 2011. Disponible sur :http://www.dgcis.redressementproductif.gouv.fr/files/files/directions_services/etudes-et-statistiques/etudes/tourisme/4p18_dgcis.pdf

france.fr[en ligne]. [Consulté le 12/12/2012]. Le tourisme, secteur clé de l’économie française. Disponible sur : http://www.france.fr/connaitre/economie/panorama/article-ancien/le-tourisme-secteur-cle-de-leconomie-francaise

Geotourweb [en ligne]. [consulté le 29/05/12]. Le tourisme en France. Disponible sur : www.geotourweb.com/nouvelle_page_3.htm

-Kerourio, Philippe. Geotourweb [en ligne][consulté le 29/05/12]. Le tourisme culturel en France. Disponible sur : www.geotourweb.com/nouvelle_page_123.htm

Leclerc, Stéphane. Tourisme pour tous ! Alternatives Economiques 271. Juillet-Août 2008. p.59-61.

LeTelegramme.com [en ligne]. [consulté le 13/12/2012]. Accords de Matignon. Le début du Tourisme de masse. Disponible sur : http://www.letelegramme.com/ig/dossiers/Conges/accords-de-matignon-le-debut-du-tourisme-de-masse-30-12-2008-184118.php. 18 juillet 2006.

Senat.fr [en ligne]. [Consulté le 12/12/2012]. Le tourisme, un atout formidable pour la France. Disponible sur : http://www.senat.fr/notice-rapport/2010/r10-684-notice.html

Suites101.fr [en ligne]. [consulté le 13/12/12]. Les congés payés : l’histoire de la société de loisirs. Disponible sur : http://suite101.fr/article/les-conges-payes–lhistoire-de-la-societe-de-loisirs-a14279#axzz2EGQDcFzk . 18 juin 2006

Viepublique.fr [en ligne]. [Consulté le 12/12/2012]. Tourisme son poids économique et social en France. Disponible sur : http://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/tourisme-son-poids-economique-social-france.html