Les jeux video : une echappatoire au quotidien ?

 

Ls jeux vidéo

 

         Il nous a été proposé de travailler sur le thème du voyage. Nous avons pensé que le voyage à travers les jeux vidéo en ligne était intéressant étant nous-même joueurs. Le jeu vidéo est une activité ludique ayant pour support des périphériques informatiques, qui permet un voyage interactif dans un environnement virtuel. Il existe plusieurs supports pour jeux vidéo : les consoles de salon et portables, les ordinateurs… Le premier jeu vidéo, du nom de « Tennis for two » a été conçu à la fin des années 50 par un physicien, Willy Higinbotham, sur un ordinateur analogique de l’armée américaine. Les jeux gagneront en qualité graphique et en complexité au fil des ans. C’est avec l’arrivée d’internet au début des années 1990 et la vulgarisation des équipements informatiques de plus en plus optimisés et bon marché que les jeux en ligne se développeront. En effet, il existe aujourd’hui une multitude de sous genres visant à satisfaire les attentes de chacun : jeux éducatifs, de réflexion, d’action, d’aventure… Il est possible de jouer seul ou en communauté. Certains se rassemblent même pour faire des Lan Party, il s’agit de jeu en réseau local. Que ce soit chez soi, dans le bus ou à la plage, à tout moment, jouer en ligne est accessible grâce à la performance du réseau internet et de la 3G, la connexion internet disponible depuis les téléphones portables. Ces dernières années, le nombre de joueurs a énormément augmenté : toutes les tranches de la population, des tout-petits aux personnes âgées, peuvent y trouver satisfaction.

         Pourquoi ces jeux ont-ils une telle ampleur ? Qu’est-ce qu’ils nous apportent ? Pouvons-nous considérer que les jeux vidéo en ligne sont une échappatoire au quotidien ?

         Dans un premier temps, nous présenterons les bienfaits des jeux vidéo, ou plutôt les motivations des joueurs, bien que les deux ne soient pas forcément différents. Nous verrons ensuite quel futur ils nous réservent et enfin quels peuvent être leurs aspects négatifs.

 

Lire la suite

Peut-on voyager à travers le temps ?

Depuis de nombreuses années, des chercheurs ont essayé de comprendre s’il était possible de voyager à travers le temps. Mais depuis une récente découverte faite par des chinois, nous avons appris qu’il est impossible de retourner dans le passé ou encore voyager dans le futur. Le seul moyen qui permet de revoir cette nostalgie est de visiter des musées, ou encore toute sorte de sites archéologiques et historique. Ces sites, qui font partie de notre patrimoine, ont une grande richesse historique. Il est donc nécessaire de les préservés et de montrer qu’ils ont de la valeur. Les voyages dans le temps peuvent être réalisés dans les films de fiction mais ne seront jamais réels.

Dans une première partie nous expliquerons l’impossibilité de voyager dans le temps, dans un deuxième temps nous parlerons de la présence du voyage dans le temps dans les films de fiction, puis dans un dernier lieu nous aborderons la possibilité de voyager à travers le temps grâce à la grande richesse de notre patrimoine historique. 

 

Les voyages dans le temps est impossible selon des scientifiques

Comme le montre l’article de presse d’Anne Demoulin, publié dans le journal national l’Express, le 28 Juillet 2011, des physiciens, de l’université de science et de technologie de Hong-Kong (HKUST) ont démontré que le voyage dans le temps, tel que décrit dans Retour vers le futur,  est impossible. L’équipe du professeur Shengwang Du s’est intéressée à la particule qui compose la lumière, le photon. Dans Retour vers le futur, Emmett Brown, fabrique une machine à remonter le temps, une DeLorean dopée qui permet d’atteindre une vitesse supérieure à celle de la lumière. Du point de vue scientifique, ce scénario repose sur un phénomène optique, la vitesse supraluminique, décrit pour la première fois en 1907 par Arnold Sommerfeld.

La DeLorean de Retour vers le futur

Lire la suite

Voyage humanitaire en Afrique

      L’action humanitaire découle de l’esprit des Lumières. C’est aux Etats-Unis que les premiers organismes non gouvernementaux (ONG) ont fait leur apparution, après que ce pays soit ravagé par la seconde guerre mondiale. Les actions sont mises en place lors de catastrophes naturelles, de conflits meurtriers, et elles aident les personnes dans le besoin. L’Afrique est un pays pauvre qui subit beaucoup de conflits. C’est pourquoi les ONG se mobilisent pour réduire les dommages causés par leur manque de moyen.

Quelles sont les limites du voyage humanitaire en Afrique ?
D’abord, comment a évolué la pauvreté en Afrique au fil des années ?
Ensuite nous aborderons ce que peut mettre en place Médecin du Monde (Mdm), une ONG, en fonction de ses limites.
Pour finir, nous présenterons un exemple concret d’un voyage humanitaire au Bénin, par l’intermédiaire d’un témoignage.

 

 

afrique

Carte orthographique de l’Afrique

La pauvreté en Afrique 

      Le Continent africain est un continent pauvre de part son climat sec et chaud. Les Africains sont pauvres, car ils n’ont pas les moyens de cultiver la terre sèche et les routes sont généralement faites en terre. Néanmoins, cette pauvreté ne doit pas être prise en compte dramatiquement, car cette terre regorge de ressources, et de richesses immenses. Il y a eu beaucoup de décès et de dégâts causés par les forces de l’ordre. Donc dans ses pays tout est à reconstruire et certaines ONG œuvrent pour aider les habitants à se reconstruire. Malgré ses évènements, l’Afrique reste un pays pauvre car c’est un pays en voie de développement. Ils sont en pleine transition démographique. En effet, sur les 25 dernières années la pauvreté de l’Afrique n’a cessé d’augmenter. Mais on constate que depuis 2008 il y a une petite amélioration. (cf dernier tableau). Certes l’ Asie est aussi à un seuil extrême de pauvreté mais si on compare l’Afrique avec l’Europe par exemple, il y a un grand fossé.  L’Afrique n’a pas assez de moyens pour pouvoir stopper la famine, la malnutrition, ou bien les maladies telles que le paludisme ou le Sida. Mais au fil des années les gens sont plus sensibilisés aux maladies, et les conflits sont moins présents. Les spécialistes peuvent penser que ce pays subit un problème de « mal gouvernance ».

Les ONG essayent de lutter contre la pauvreté en Afrique mais ne parviendront jamais à la faire disparaître totalement. Nous allons donc nous intéresser à une ONG : Médecin du monde (mdm) qui œuvre pour l’Afrique.

 

 

Médecin du monde, une ONG qui œuvre pour l’Afrique

      Médecin du monde (MdM) est une ONG (organisation non gouvernementale), créée par Bernard Kouchner en 1980. Elle essaye de redonner espoir aux gens ayant subis des catastrophes naturelles, des conflits meurtriers ou étant en grande difficulté. Les bénévoles s’occupent des réfugiés, de leur donner de la nourriture, de détecter chez les enfants la malnutrition, de vacciner et soigner les populations.

Aujourd’hui, les missions de MdM sont deux tiers internationales (dont particulièrement l’Afrique) et un tiers françaises. Son défit est simple : redonner le goût de la vie aux gens !

Pour plus d’informations, nous vous proposons une vidéo qui traite un projet humanitaire en Somalie, réalisé par Médecins du Monde.
Les Somaliens subissent depuis 20 ans des conflits inter claniques,  de grandes périodes de sécheresse et la famine. Ils vivent dans des conditions difficiles, avec peu d’eau, peu de nourriture, donc Médecins du monde essaye de faire face à leur besoin, dans la limite de leurs moyens. La Somalie est divisée en plusieurs états, donc les populations se regroupent comme elles peuvent. Comme ce pays a besoin d’énormément d’aide, Mdm s’est associé avec une autre association : Waha. Ils rénovent, construisent de nouvelles structures et recrutent d’autres bénévoles.
"mdm dans la corne de l'Afrique"
Source : medecinsdumonde.org

 Maintenant que nous avons vu un exemple d’ONG aidant les pays en difficulté, nous vous proposons le point de vue de deux bénévoles.

Les bénévoles face aux difficultés

      Les bénévoles œuvrant pour des ONG sont volontaires et généralement à la fin de leur séjour ils ont changé !
C’est une expérience enrichissante comme nous le relate Carole, un médecin faisant des interventions au Bénin.

« J’ai toujours voulu faire partie d’un projet humanitaire en tant que médecin bien sûr mais aussi en tant que « maillon d’une chaîne » humanitaire et je dois avouer que Mission humanitaire remplit tout à fait ce désir de participer à un beau projet humain auprès des enfants de l’orphelinat et aussi auprès de la population béninoise. » Cette bénévole a résumé sa mission comme étant « une belle aventure humaine et de cœur », qui était principalement médicale. Le fait qu’elle est été entourée de bénévoles qui provenaient de métiers différents, l’a beaucoup sollicité.

De plus, nous vous proposons un autre témoignage d’une bénévole de 19 ans qui est elle aussi partie au Bénin. Pour Emilie, c’est assez touchant de voir ces enfants Africains si heureux, avec une immense joie de vivre, alors qu’ils n’ont peu de moyens pour survivre.
Évidemment, la pauvreté est toujours présente mais les autochtones arrivent à sourire quand même face à leurs difficultés. « Leurs conditions de vie sont rudes mais ils se battent et veulent réussir. C’est cette détermination qui a été un électrochoc. » Nous dit-elle.

En général, toute personne qui part en voyage humanitaire, en revient touchée et plus concernée par cette aventure qui peut changer le cours de la vie.

        Les voyages humanitaires, permettent de rassembler des bénévoles motivés pour aider des pays en grande difficulté. Les organismes mettent en œuvre des aides matérielles, mettent en place des plans santé, de vaccinations… Mais parfois, le pays concerné subit une très grande pauvreté, donc l’obstacle est trop grand et les moyens disponibles sont parfois trop petits. Les soins médicaux sont très chers, et en fonction du régime totalitaire, il est difficile d’aider certaines populations. Et certains autochtones ne veulent pas se faire aider, pour garder leur fierté. Donc il faut pouvoir les aider sans trop les gêner.
De nombreux voyages humanitaires sont faits chaque année pour aider les gens face aux difficultés.
Malgré cela les ONG, Médecins du monde en particulier, se mobilisent quand même pour aider les pays dans le besoin à travers le monde, mais aussi en Afrique. La pauvreté n’a fait qu’augmenter depuis les 20 dernières années, mais s’est un peu améliorée en 2008.
Le voyage humanitaire est donc un bon moyen de se rendre compte des difficultés des africains et des limites d’intervention des ONG.

RENARD Pauline , STAHL Thérèse

 BIBLIOGRAPHIE

  • Banque mondiale. La pauvreté dans le monde. In Blog : Observatoire des inégalités [en ligne].14 mai 2012. [Consulté le 3 décembre] Disponible sur :   http://www.inegalites.fr/spip.php?article381
  • Boni, Yahi. Le Sida bat en retraite. Le Monde. [En ligne] 23/07/2012 [consulté le 12 novembre 2012]. Disponible sur : lemonde.fr
  • Brandström, Sophie (réal.)Médecin du monde dans la corne de l’Afrique. Médecins du monde, 2012. Vidéo, 8 min. Disponible sur : http://www.medecinsdumonde.org/Videos
  • Cazenave, Cécile. Le grand combat contre la faim. Géo n°395. Janvier 2012.  P 104-117
  • Ferré, Jean-Luc. L’action humanitaire. Ferré, 2009, 213 p.
  • Rasna,Warah. L’aide humanitaire, non merci. Courrier International [en ligne]. 17 Août 2011 [Consulté le 12 novembre 2012] Disponible sur : http://www.courrierinternational.com/article/2011/08/17/l-aide-humanitaire-non-merci#
  • Reymond Philippe, Margot Jonas S, Margot Antoine. Projet de master 1, 2006-2007. 2007, in infoscience [consulté le 12 novembre 2012]Disponible sur : http://infoscience.epfl.ch/record/125461/files/ddns_humanitaire.pdf
  • Aidehumanitaire.org [en ligne]. Liste d’ONG qui œuvrent pour l’Afrique. Disponible sur : http://www.aidehumanitaire.org/liste-dong-qui-oeuvrent-pour-lafrique/ [consulté le 9 novembre 2012]
  • Emilie. Un rêve : partir en mission. In Mission humanitaire [en ligne]. 31/08/2012 [consulté le 28 novembre] Disponible sur : http://www.mission-humanitaire.fr/page/2
  • Carole. Volontaire humanitaire au Bénin. In Mission humanitaire [en ligne]. 25/09/2012 [consulté le 28 novembre] Disponible sur: http://www.mission-humanitaire.fr/category/temoignages/

La conquête spatiale

Dans le cadre de notre formation, nous avons été amené à traiter le thème « Partir-Venir : Voyage, mobilité, migration ». A travers ce thème, nous avons choisi de traiter le sujet de la conquête spatiale, en posant la problématique suivante : « La conquête spatiale : rêve ou rejet ? ».

Pour répondre à cette question, nous aborderons l’histoire de la conquête spatiale, puis le rêve de la conquête d’un nouveau monde et enfin nous étudierons un frein à cette conquête : l’économie.

L’histoire de la conquête spatiale.

La conquête spatiale a commencé à travers la littérature, comme l’affirme Jacques VILLAIN : « nombre d’écrivains à l’imagination débordante vont ancrer le voyage spatiale dans la conscience collective ».

Alors, c’est au XXème siècle que débute une période de confrontation idéologique et politique entre les États-Unis et l’URSS : c’est la guerre froide. La course aux armements mène les scientifiques à poursuivre leurs recherches concernant la conquête spatiale.

Les deux Grands, mettent leur honneur en jeu en annonçant qu’ils lanceront un satellite artificiel chacun de leur coté.

Grâce à l’imagination débordante des écrivains, un rêve et une histoire sont nés qui seront remis à l’ordre du jour grâce aux États-Unis et à l’URSS.

Le rêve de la conquête d’un nouveau monde.

Lucien de Samosate au IIème siècle a été le premier écrivain a évoquer le voyage spatial, suivi par Cyrano de Bergerac, Aristote, Fontenelle, Voltaire…  La Lune et Mars sont les destinations des héros les plus rencontrées dans les oeuvres des écrivains.

Les moyens de transport de ces odyssées sont ceux de l’époque des auteurs, on y rencontre par exemple bateaux, chevaux, oiseaux…

D’après Jacques VILLAIN « le lecteur va même, quelque peu abusivement, étroitement associer le nom de certains écrivains à l’exploration spatiale « . Les écrivains sont les fondateurs de par le rêve de la conquête spatiale.

Le mystère de la lune est une puissante source d’inspiration, pour Jules Verne dans l’oeuvre De la Terre à la Lune (1865), il  décrit un voyage vers la Lune dans une capsule habité propulsé par un canon géant. La lune est une conquête littéraire devenue réalité.

Neil ARMSTRONG en 1969 franchira les étapes de l’imaginaire en étant le premier homme a avoir marché sur la Lune…

Le rêve devient réalité:

NASA. Portrait de l’astronaute Neil ARMSTRONG. 1er juillet 1969. Wikipédia.fr

 « un petit pas pour l’homme, un bon de géant pour l’humanité ».

Il y a vingt ans, s’aventurer au-delà du cosmos ne s’envisageait pas , franchir les frontière de notre Univers est toujours d’actualité car certains pays tels que la Chine ont réalisés ce rêve récemment en envoyant leur premier vaisseau spatial habité.

Mars est désormais estimé comme un objectif raisonnable. Le rêve est loin de s’achever. D’après Stefan BARENSKY « nous disposons d’un parfait terrain d’essai : la Lune ».

Mais les frontières économiques peuvent ralentir l’aboutissement du rêve.

Un frein pour la conquête: l’économie

 L’économie est un point clef de la réalisation de nombreux rêves notamment avec l’avènement du tourisme spatial depuis quelques années. Cependant ce loisir est réservé à une certaine classe sociale, en effet  le tarif d’un voyage suborbital a été fixé a 100 000 Dollars par personne, pour que chaque vol soit rentable.

Un réel marché en orbite se met en place.

D’après des données de 2009, seulement 7 touristes ont pu effectuer un voyage dans l’espace, en effet pour une dizaine de jour chacun a déboursé 20 millions de Dollars.

Pour les autres classes sociales, le rêve diminue à cause de prix exorbitants.

Le tourisme reste un loisir pour quelques privilégiés, son développement sera donc restreint.

La conquête spatiale revient cher aux différents Etats. Le domaine spatial est un secteur à la pointe de la technologie. L’espace se vend littéralement à prix d’or, mais non sans raisons: les matériaux, les études scientifiques sont coûteux pour son développement. Aux Etats Unis les dépenses courantes et le capital privé et public représentent 2.8% du PIB soit 308 milliards de Dollars.

Chaque lancement de projets est coûteux, par exemple un vol habité vers Mars coûte 600 milliards de Dollars, les 17 missions Apollo ont coûté 73 milliards de Dollars ou encore le projet Orion a coûté 11 millions de Dollars.

Ces chiffres peuvent freiner certains pays à ne pas développer cette activité.

Les écrivains de par leur imagination ont créé le rêve devenu réalité des siècles plus tard grâce au développement  des technologies spatiales. Malgré un coût économique important le rêve reste encré dans les mémoires.  De nouveaux loisirs apparaissent tels que le tourisme spatial encore trop coûteux réservé à la classe la plus aisée. Le voyage spatial reste un projet récent, il commence seulement à se développer lui offrant un avenir prometteur.

DELCROIX Noémie et COURTY Roxane

 Bibliographie

-BARENSKY Stefan. L’homme veut faire son retour dans l’espace. Sciences et vie, Mars 2009, n° 246, p. 147-150.

– BELEC Thomas, CART Rodolphe, LIENART Jérémie. La conquête spatiale : le contexte historique : La guerre froide (en ligne). (consulté le 22/11/12). http://la-conquete-spatiale.e-monsite.com/pages/contexte-historique-la-guerre-froide.html

– BOBIN Frédéric. La Chine a lancé avec succès son premier vaisseau spatial habité. Journal Le Monde, 16/10/03, n° 18 264.

-CHANG Kenneth. Prière de ne pas toucher à la lune. Courrier international. 22/03/12-26/03/12, n°1116, p. 48.

-CLERGEAU Béatrice. La conquête de l’espace, dossier pédagogique. (consulté le 06/12/12). p. 1-3, 6.8.10.12.13.14.15.17.18.21.22.

-GROUSSON Mathieu. Les premiers signes de l’au-delà. Sciences et vie. Mars 2012, N°1134, p 48 – 66.

-KTITAREFF Michel. 2004 l’odyssée du tourisme spatial. La recherche. Avril 2004, n° 374, p. 46-51.

-NASA. Portrait de l’astronaute Neil ARMSTRONG. 1er juillet 1969. Wikipédia.fr

-L’université de Sherbrooke. La retombée de la conquête spatiale, (en ligne), ( consulté le 22/11/12), http://www.astrosurf.com/luxorion/astronautique-retombees-sondages.htm

-VILLAIN Jacques. Du rêve aux exploits : le temps des pionniers. http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-l-espace-et-l-homme/  (consulté le 22/11/2012)

~> La migration et l’intégration culturelle en France aujourd’hui

L’installation dans un pays d’un individu originaire d’un autre pays est devenu de plus en plus courante. De plus, un immigré peut avoir la nationalité de son pays d’accueil par la naturalisation. L’immigration est le plus souvent motivée par la recherche d’un emploi et la perspective d’une meilleure qualité de vie cependant le taux de chômage en France continue a augmenté. Aujourd’hui la France réussit-elle l’intégration de ces immigrés ? 

 

Le choc des cultures

L’immigration a profondément marqué l’histoire de la France contemporaine jusqu’au milieu du XXe siècle, les premiers arrivés étaient en majorité d’origine européenne, puis arrivèrent les Africains et les Asiatiques, car après les guerres, dans les années 50, notre pays souffrant d’un déficit démographique important a accueillit un nombre d’immigrés conséquent. Avec leur descendance la population a augmentée de dix millions de personnes en un peu plus d’un siècle. L’histoire de cette communauté ne fût qu’éphémère car aujourd’hui beaucoup ont oubliés l’entraide d’antan : on parle maintenant du choc de culture. Toute culture s’identifie par la différence que ce soit au sujet des croyances, des coutumes, des traditions. Il y a une concurrence étrange entre les différentes cultures présentes en France . Chaque communauté tente d’imposer ses propres croyances ou pratiques religieuses  ce qui peut provoquer de graves incomprehensions qui se traduirons par des sentiments de racisme primaire .

 

La politique d’intégration française

Quelques soient les difficultés de l’intégration des immigrés ce serais une erreur de réduire la question de l’intégration au seul problème de l’immigration. L’intégration désigne un phénomène social est non exclusivement culturel, de plus c’est est un processus qui varie selon les sociétés. La société française a mis en place des lois d’intégrations, celles-ci son : le travail actif, un cursus scolaire, les choix politiques. Celui qui ne répond pas a ces critères ne seras donc pas considéré comme intégré a par entière par l’état. L’intégration c’est rendre compatible différentes cultures et un espace civile unifié, c’est la où se trouve toute la complexité. Puisque des préjugés se sont formés progressivement depuis le début du flux migratoire. Les immigrés sont victimes de difficultés liées à leur origines tel que la discrimination au langage et au milieu social ( faible qualifications, faible revenus, chômage). Chaque génération à son propre avis sur la question : les anciens arrivés dans les années 1980-1990 se considères comme une génération sacrifié celle qui a accomplis des efforts démesuré pour tenter l’aventure en Europe alors que les plus jeunes mieux éduqués, moins maltraités par les grands changements politiques de leurs pays oublient souvent le parcours de leur prédécesseurs.Par exemple la construction succinct de bâtiments religieux a provoqué une réaction tout aussi négative que positive il ressort donc les désaccords de chacun.  Nous sommes tous confrontés à des pensées extrêmes ce qui rend l’état impuissant. c’est cette incapacité de l’Etat et de la  société française à favorisée une plus grande mixité sociale, cela dit  il persiste une forte séparation urbaine qui aggrave fortement les tensions.

14% des français affirment avoir vécus une discrimination en raison de leur sexe, de leur âge ou de leur origine. Deux fois plus d’immigrés ou d’enfants d’immigrés se plaignent de faits comparables.

 

 

Le  travail aux immigrés

 

Le débat sur l’immigration est vieux comme … l’immigration ( les premiers flux de migrants avaient lieux pour des raisons économiques) . La grande majorité de la population ne connaît rien à l’immigartion . Il faut se pencher sur les chiffres et avoir une approche plus « scientifique » pour se faire une opinion dépourvue de préjugés, de jugements hatifs et sans-appels.

Hassan,Gabriel.Immigration : Des chiffres contre les fantasmes. Aternatives économiques HS n°94 2012

On s’apercoit en effet aujourd’hui que contrairement aux idées recues , l’immigration à chuté de moitié par rapport aux années 1955-1975,soit 75000 personnes par an pour 65 millions d’habitants . On note aussi que la France accueille moins d’immigrés que ses voisins européens.

Dans les années 50 , le 1er flux de migrants servit à redresse l’économie française affaiblie par les guerres passées .C’est ce qu’on nomme l’immigration du travail qui fait place maintenant à l’immigration familliale , immigration qui compense la baisse de la démographie . Une grande question fait débat ; l’intégration des immigrés . La polémique sur la place des immigrés en France ne date pas d’aujourd’hui . Les différentes crises ne font qu’agvraver la situation . Les immigrés sont en effet considérés comme responsable de la montée du chômage, alors qu’ils sont plutôt les premières victimes . Ils sont souvent perçus comme un fardeau pour les finances publiques . Hors les études menées sur ce sujet montrent qu’il n’en est rien et qu’au contraire ils rapportent plus qu’ils ne côutent …

 

 

En conclusion

 

Il apparait comme primordial le fait d’éclairer les Français sur la vérité « scientifique » de l’immigration . Les idées reçues , les manipulations en tous genre ne feront qu’accentuer l’incompréhension et l’intolérance . Il faut s’en tenir aux faits et aux chiffres, qui ont tendance à prouver le contraire de ce que pensent une partie de la population .

 

 

Bibliographie

 

  • Chabrun, Laurent. Immigration en France : les vrais chiffres .L’express [en ligne] 9 octobre 2012 [consulté le 20 octobre 2012]

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/immigration-ce-qu-il-faut-retenir-des-chiffres-de-l-insee_1172299.html

 

 

 

 

 

  • Hassan, Gabriel, Immigration : Des chiffres contre les fantasmes. Alternatives économiques Hors série n°=94 2012 ; page 52-53

 

 

 

 

 

  • Maurin, Louis. Les immigrés, boucs émissaires des temps de crise ; Alternatives économiques, L’état de l’économie 2012 ; Hors série n°92, pages 60-61.

 

 

 

 

 

 

BERGHE Clémentine

CHARLES Salomé