~> La migration et l’intégration culturelle en France aujourd’hui

L’installation dans un pays d’un individu originaire d’un autre pays est devenu de plus en plus courante. De plus, un immigré peut avoir la nationalité de son pays d’accueil par la naturalisation. L’immigration est le plus souvent motivée par la recherche d’un emploi et la perspective d’une meilleure qualité de vie cependant le taux de chômage en France continue a augmenté. Aujourd’hui la France réussit-elle l’intégration de ces immigrés ? 

 

Le choc des cultures

L’immigration a profondément marqué l’histoire de la France contemporaine jusqu’au milieu du XXe siècle, les premiers arrivés étaient en majorité d’origine européenne, puis arrivèrent les Africains et les Asiatiques, car après les guerres, dans les années 50, notre pays souffrant d’un déficit démographique important a accueillit un nombre d’immigrés conséquent. Avec leur descendance la population a augmentée de dix millions de personnes en un peu plus d’un siècle. L’histoire de cette communauté ne fût qu’éphémère car aujourd’hui beaucoup ont oubliés l’entraide d’antan : on parle maintenant du choc de culture. Toute culture s’identifie par la différence que ce soit au sujet des croyances, des coutumes, des traditions. Il y a une concurrence étrange entre les différentes cultures présentes en France . Chaque communauté tente d’imposer ses propres croyances ou pratiques religieuses  ce qui peut provoquer de graves incomprehensions qui se traduirons par des sentiments de racisme primaire .

 

La politique d’intégration française

Quelques soient les difficultés de l’intégration des immigrés ce serais une erreur de réduire la question de l’intégration au seul problème de l’immigration. L’intégration désigne un phénomène social est non exclusivement culturel, de plus c’est est un processus qui varie selon les sociétés. La société française a mis en place des lois d’intégrations, celles-ci son : le travail actif, un cursus scolaire, les choix politiques. Celui qui ne répond pas a ces critères ne seras donc pas considéré comme intégré a par entière par l’état. L’intégration c’est rendre compatible différentes cultures et un espace civile unifié, c’est la où se trouve toute la complexité. Puisque des préjugés se sont formés progressivement depuis le début du flux migratoire. Les immigrés sont victimes de difficultés liées à leur origines tel que la discrimination au langage et au milieu social ( faible qualifications, faible revenus, chômage). Chaque génération à son propre avis sur la question : les anciens arrivés dans les années 1980-1990 se considères comme une génération sacrifié celle qui a accomplis des efforts démesuré pour tenter l’aventure en Europe alors que les plus jeunes mieux éduqués, moins maltraités par les grands changements politiques de leurs pays oublient souvent le parcours de leur prédécesseurs.Par exemple la construction succinct de bâtiments religieux a provoqué une réaction tout aussi négative que positive il ressort donc les désaccords de chacun.  Nous sommes tous confrontés à des pensées extrêmes ce qui rend l’état impuissant. c’est cette incapacité de l’Etat et de la  société française à favorisée une plus grande mixité sociale, cela dit  il persiste une forte séparation urbaine qui aggrave fortement les tensions.

14% des français affirment avoir vécus une discrimination en raison de leur sexe, de leur âge ou de leur origine. Deux fois plus d’immigrés ou d’enfants d’immigrés se plaignent de faits comparables.

 

 

Le  travail aux immigrés

 

Le débat sur l’immigration est vieux comme … l’immigration ( les premiers flux de migrants avaient lieux pour des raisons économiques) . La grande majorité de la population ne connaît rien à l’immigartion . Il faut se pencher sur les chiffres et avoir une approche plus « scientifique » pour se faire une opinion dépourvue de préjugés, de jugements hatifs et sans-appels.

Hassan,Gabriel.Immigration : Des chiffres contre les fantasmes. Aternatives économiques HS n°94 2012

On s’apercoit en effet aujourd’hui que contrairement aux idées recues , l’immigration à chuté de moitié par rapport aux années 1955-1975,soit 75000 personnes par an pour 65 millions d’habitants . On note aussi que la France accueille moins d’immigrés que ses voisins européens.

Dans les années 50 , le 1er flux de migrants servit à redresse l’économie française affaiblie par les guerres passées .C’est ce qu’on nomme l’immigration du travail qui fait place maintenant à l’immigration familliale , immigration qui compense la baisse de la démographie . Une grande question fait débat ; l’intégration des immigrés . La polémique sur la place des immigrés en France ne date pas d’aujourd’hui . Les différentes crises ne font qu’agvraver la situation . Les immigrés sont en effet considérés comme responsable de la montée du chômage, alors qu’ils sont plutôt les premières victimes . Ils sont souvent perçus comme un fardeau pour les finances publiques . Hors les études menées sur ce sujet montrent qu’il n’en est rien et qu’au contraire ils rapportent plus qu’ils ne côutent …

 

 

En conclusion

 

Il apparait comme primordial le fait d’éclairer les Français sur la vérité « scientifique » de l’immigration . Les idées reçues , les manipulations en tous genre ne feront qu’accentuer l’incompréhension et l’intolérance . Il faut s’en tenir aux faits et aux chiffres, qui ont tendance à prouver le contraire de ce que pensent une partie de la population .

 

 

Bibliographie

 

  • Chabrun, Laurent. Immigration en France : les vrais chiffres .L’express [en ligne] 9 octobre 2012 [consulté le 20 octobre 2012]

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/immigration-ce-qu-il-faut-retenir-des-chiffres-de-l-insee_1172299.html

 

 

 

 

 

  • Hassan, Gabriel, Immigration : Des chiffres contre les fantasmes. Alternatives économiques Hors série n°=94 2012 ; page 52-53

 

 

 

 

 

  • Maurin, Louis. Les immigrés, boucs émissaires des temps de crise ; Alternatives économiques, L’état de l’économie 2012 ; Hors série n°92, pages 60-61.

 

 

 

 

 

 

BERGHE Clémentine

CHARLES Salomé 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Partir-Venir, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à ~> La migration et l’intégration culturelle en France aujourd’hui

  1. Jules Gevrey dit :

    Je trouve insupportable qu’on entendent des gens demander aux « Arabes » de rentrer chez eux, alors qu’en tout premier lieu, c’est nous qui sommes allés les chercher parce que nous étions en manque de main d’oeuvre. Sans parler du fait que ceux qu’ils catégorisent comme étrangers sont en grande partie de nationalité française…
    Je me souviens encore du client du Cora Montbéliard qui a lancé, après lui avoir présenté notre école à côté de Besançon, que l’on était bien là-bas, parce qu’à Montbéliard, « il y a quand même beaucoup d’Arabes. »

Les commentaires sont fermés.