Les casinos sont-ils un lieu de détente ou un lieu de perdition pour les joueurs ?

 

          Depuis la seconde moitié de XIXe siècle, en Europe de l’Ouest, les « Casinos de jeux » n’ont eu de cesse de croître en nombre et en popularité. Autrefois réservés à une certaine « aristocratie sociale », les casinos sont aujourd’hui accessibles au plus grand nombre. La cohorte de vices créé par ce type d’établissements sont de diverses natures : endettement, alcoolisme, suicide, rupture de foyers familiaux, meurtres suscités par dettes réciproques, prostitution… Mais les casinos de jeu ont également plusieurs côtés positifs et c’est ce qui fait le sel de notre article. En effet, quels sont les bons et les mauvais côtés de cette pratique ? Le Casino est-il une chance ou un malheur pour le joueur ?

Jouer au casino

Afficher l'image d'origine

source : IDFD

Déboires d’un joueur

 

D’après les chiffres officiels (valables pour l’année dernière, soit 2015) étaient recensés près de 197 casinos sur le sol français, employant au total plus de 18 000 salariés, lesquels voient défiler sous leurs yeux entre 1 et 2 millions de joueurs par an. (moyenne ayant tendance à baisser depuis l’an 2009 par l’apparition des jeux d’argents en ligne).

Parmi ces millions de gens, chacun doté d’une histoire, d’une famille, parfois d’un travail, combien ont pu tomber dans l’addiction aux jeux de type Casino ? Il n’y a aucun chiffre officiel à ce sujet. Les gens défilent, l’argent coule à flots, les bourses des joueurs se vident, mais comme le dit si bien le dicton : « C’est toujours le Casino qui gagne ».

Pour le reste des joueurs, l’histoire reste la même : Mr X met le pied pour la 1ere fois dans un casino, joue peu, se pensant fort et raisonnable, empoche une certaine somme d’argent.. et là, c’est l’euphorie ! Tous les témoignages que nous avons trouvés sont basés sur le même schéma : lors de son premier gain, le joueur, le coeur battant à tout rompre, ne pense plus qu’à recommencer. Recommencer pour mieux tomber. Et ce n’est pas une fois l’engrenage enclenché que Mr X, autrefois joueur sobre qui ne se rendait au casino qu’une fois par mois après une dure journée de labeur, finit par s’y rendre chaque semaine, puis deux fois par semaine, puis tous les soirs, pariant de folles sommes, mentant à son entourage dans le but de tenter de justifier des horaires décalés, mentant à ses amis dans le but de leur extorquer des liasses entières de billets verts; finissant seul, alcoolique, au bord du suicide, jusqu’à trouver éventuellement la rédemption, travaillant laborieusement dans le seul et unique but de rembourser plusieurs centaines de milliers d’euros de dettes, terrassé par d’ énormes regrets.

 

Quand la chance frappe à la porte

Après avoir énuméré les aspects négatifs du casino, nous allons parler des rares gagnants à ces jeux risqués. D’après les « chiffres officiels des établissements de jeux français », la somme totale moyenne des gains engendrés le soir de la Saint-Sylvestre est de 28 millions d’euros, répartis entre 600 000 et 800 000 joueurs.

Certains croupiers gardent en mémoire des souvenirs mémorables de ce type de soirée, comme Mme Y, croupière au casino de Cannes. D’après elle, le gain médian du joueur moyen ne dépasserait pas la dizaine d’euros. Mais qu’importe, nous confie-t-elle, le cas du « millionnaire subit, (c’est-à-dire l’heureux gagnant à 1 million), se produit une fois par an ». « Si ce n’est plus.. » conclut-elle.

Ambiance de casino

http://image.noelshack.com/fichiers/2016/02/1452855389-casino.png

source : jamendo

Le casino : bénéfice pour les trésoreries des mairies, mais pertes pour la sécurité sociale

Les jeux de type casino sont soumis à un impôt local de 5,34%. En revanche, seuls les casinos terrestres (implantés sur le sol) sont soumis à ce type d’impôts tandis que les casinos-internet, eux, sont exonérés de tout type de taxes depuis la loi de Tobin votée en 2009. Cette taxe locale est par la suite redistribuée équitablement à l’ensemble de nos concitoyens, par le biais de la sécurité sociale à titre d’ exemple.

C’est la sécurité sociale qui creuse son déficit par la cause des casinos de jeux. En effet, en cas d’addiction, celle-ci se doit de rembourser tout ou partie des frais engendrés par la consultation d’un ou de plusieurs addictologues, toxicologues, etc…

Conclusion

Les jeux de type casino sont la plupart du temps une aubaine financière pour les gérants de ce type d’établissement, une plaie pour une bonne partie des joueurs, un calvaire pour les autres, et une chance pour les quelques heureux gagnants. Causant d’avantage de souffrance que de plaisir aux joueurs, et bien d’avantage de plaisir que de souffrance aux exploitants; il ne faut pas oublier celle des intermédiaires, tels que les croupiers, gérants d’accueils, ou simples caissiers, qui voient défiler, tout au long du jour, la foule sous tous ses aspects.

Nous pouvons donc en conclure que le casino est responsable de plus de malheurs qu’un jeu quelconque, mais que la modération est mère de toutes les vertus. Ainsi, si tous les joueurs étaient capables de maîtriser leur jeu, de se retenir, de se contenir, le casino ne serait plus vu comme l’enfer sur terre pour certains, mais comme un petit paradis terrestre pour les habitués.

HOUY Théo

TISSERAND Johan

Sources :

-Sénat. Sénat, un site au service des citoyens [en ligne]. Sénat, mis à jour le 7 décembre 2015 [consulté le 7 décembre 2015]. Disponible sur : http://www.senat.fr/rap/l09-209-1/l09-209-178.html

-Ministère de l’intérieur. Ministère de l’intérieur [en ligne]. David Julliard, 2011, 7 décembre 2015 [consulté le 7 décembre 2015]. Disponible sur : http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Dossiers/Reglementation-des-casinos

-Kolia Franceschi. Brain Magazine [en ligne]. Anais Carayon, 2007, 9 décembre 2015 [consulté le 9 décembre 2015]. Disponible sur : http://www.brain-magazine.fr/article/reportages/79-Paroles-de-Croupiers

-SOS joueurs. SOS joueurs [en ligne]. SOS joueurs, 2008, 2009 [consulté le 7 décembre 2015]. disponible sur : http://www.sos-joueurs.eu/index.php?page=chiffre-cle

Une réflexion au sujet de « Les casinos sont-ils un lieu de détente ou un lieu de perdition pour les joueurs ? »

  1. Article intéressant. Mais vous vous basez un peu trop sur des témoignages. Néanmoins très beau travail d’écriture, vos idées sont claires et bien montrées. Vos images quant à elles exposent bien le jeu ainsi que le Casino.

    Louis CACHOD.