Education : les bienfaits et limites du jeu sur le développement de l’enfant

Le jeu est présent dans nos sociétés depuis toujours, il a évolué au fil du temps et a accompagné les bouleversements de nos sociétés (habitudes de vie, sédentarisation, urbanisation…). Le jeu peut se définir par une activité physique ou mentale, sans aucune fin utilitaire, et à laquelle on s’adonne pour se divertir.  Aujourd’hui le jeu sous toutes ses formes a pris une place prépondérante dans nos sociétés, et ce dès le plus jeune âge. C’est pourquoi il semble intéressant de réfléchir sur le lien entre le jeu et le développement de l’enfant. Le jeu est-il un obstacle ou un tremplin au développement de la personnalité chez l’enfant ?

Le jeu, acteur pour le développement, corporel, intellectuel et social chez l’enfant

De nombreuses études sur le sujet en témoignent, le jeu est positif pour le développement de l’enfant. Le jeu peut présenter de nombreux atouts pour l’apprentissage.

 D’abord, les jeux de motricité (parcours d’obstacles…) permettent le développement psychomoteur de l’enfant, en faisant travailler l’équilibre ou l’habilité, par exemple de façon ludique. Grâce aux jeux sensorimoteurs, les enfants découvrent leurs sens (toucher, odorat, ouïe…).

Les jeux, et ce dès le plus jeune âge permettent aux enfants de découvrir le monde qui les entourent. Il est prouvé que les jeunes enfants apprennent le plus non pas par des explications, mais en interagissant eux même avec leur environnement ; et cela passe par le jeu. Plus l’enfant grandi plus le jeu lui fera faire des expérimentations et des hypothèses sur le jouet. Par exemple, l’enfant voudra comprendre pourquoi un objet rond n’entre pas dans un carré, même en poussant dans tous les sens. Il exerce alors son jugement, son raisonnement et sa capacité d’analyse.

 Aussi, les jeux sont parfois d’une grande aide, pour ce qui concerne l’éducation des enfants. En effet jouer permet de renforcer la transmission des valeurs attendues par les éducateurs. Par exemple, les jeux de société apprennent la patience, les jeux collectifs impliquent le respect des autres. La présence de règles dans la plupart des jeux, oblige aussi l’enfant à les respecter.

 De plus, jouer à plusieurs renforce les liens sociaux entre les enfants. Le jeu en groupe  peut être un outil très utile pour la socialisation de l’enfant. Rassembler des enfants autour d’un jeu est une méthode simple et efficace pour qu’ils fassent connaissance. Les jeux collectifs leur permettent de s’identifier à un groupe et à situer leur place au sein de ce groupe. Ces jeux renforcent également la relation parent-enfant ou adulte-enfant en valorisant la place de l’enfant au sein de la famille.

 Enfin, le jeu participe activement au développement de la personnalité lors de l’enfance. En jouant l’enfant découvre sa personnalité et affirme son identité. C’est ainsi qu’un enfant rêveur sera plutôt intéressé par des jeux d’imagination, un autre enfant préférera un jeu d’action…  Les jeux font grandir la confiance chez l’enfant, ils le valorisent si le jeu lui plait.  Les jeux font s’affirmer des qualités et des traits de personnalité : adresse, patience, autorité, fair- play…..

Un enfant qui prend plaisir à jouer est donc un enfant qui se sent bien. Malgré toutes ces louanges du jeu pour l’enfant, n’y a-t-il pas des limites ?

 

naitre-grandir-developpement-cerveau-1-3-ans

Source: naitreetgrandir.com

Les limites du jeu chez l’enfant

Les limites du jeu ne sont pas nombreuses par rapport à tous les bienfaits qu’il présente, mais elles peuvent malgré tout être établies.

 Il y a d’abord  le danger des jeux vidéos, qui conduisent à la sédentarité des enfants. Aujourd’hui les enfants passent beaucoup d’heures seuls dans leur chambre à jouer au jeux vidéos ; ce qui inquiète certains parents. La sédentarité peut engendrer notamment des problèmes de surpoids , des TMS (Troubles musculo-squelettiques). Cela entraîne également une diminution de leurs capacités psychomotrices. [ Un sondage révèle que les enfants de 2 à 5 ans présentent davantage d’habiletés virtuelles que d’habiletés motrices. Par exemple, 66 % savent jouer à des jeux simples à l’ordinateur alors qu’ils sont seulement 58 % à savoir pédaler sur une bicyclette] source : Naître et grandir.

La principale limite des jeux vidéos est le  risque de la dépendance, de l’addiction qui est un phénomène qui ne cesse de s’accroître. Les chiffres indiquent qu’aujourd’hui un adolescent sur huit aurait un usage problématique des jeux vidéos.(source le monde). Ce phénomène peut causer différents problèmes : chutes des résultats scolaires, enfermement, mal nutrition…). Les enfants n’arrivent alors plus à distinguer le monde réel dans lequel ils vivent du monde virtuel dans lequel ils jouent.

 Ensuite certains jeux peuvent véhiculer des valeurs qui, lorsqu’elles sont exagérées sont néfastes à l’enfant. Par exemple, un enfant peut trop se «  prendre au jeu », tout faire pour réussir, et en cas d’échec être complètement déçu. Ou alors, un esprit de compétition exagéré peut nuire à l’enfant et à son entourage.

 De plus, les jeux collectifs présentent eux aussi des inconvénients non négligeables. La limite principale est liée aux rapports humains, et elle est inévitable : les tensions entre les membres d’un même groupe. Ces conflits peuvent avoir des répercussions sur le jeu, et décourager les membres.  Il est alors nécessaire de surmonter ces conflits.

 Il y a aussi la nécessité d’adapter le contenu du jeu en fonction de l’âge et de la maturité du joueur. Dans le cas contraire, l’enfant peut ne pas être intéressé, ou cela peut le déstabiliser. Par exemple, certains jeux vidéos réputés pour véhiculer une grande violence, peuvent profondément choquer un enfant qui ne serait pas assez mur.

 Enfin, certains sociologues pensent que les jeux accentuent parfois les inégalités hommes/femmes. En effet, les jouets et les jeux des enfants seraient encore  trop dissociés  entre filles et garçons. « Les filles jouent à la poupée et les garçons aux voitures ». Cela contribue à une catégorisation de la population entre hommes et femmes, et donc cela est un frein à l’égalité des sexes.

 

bg-naitre-grandir-jeux-video-ordinateur

Source: naitreetgrandir.com

Pour conclure, il parait évident que le jeu sous toutes ses formes, apporte une grande richesse à l’enfant sur le plan cognitif, affectif, et moteur. Mais il convient aux adultes qui entourent l’enfant de veiller aux bons usages et pratiques de ces jeux pour éviter des dérives.

Claire PERRIGOT Lise VERNEREY

BIBLIOGRAPHIE :

Une réflexion au sujet de « Education : les bienfaits et limites du jeu sur le développement de l’enfant »

  1. Manon DEBOUCHE : Je trouve votre sujet très pertinent et très bien argumenté ; en revanche il me semble que nous ne devions pas mettre le thème dans la bibliographie.