Le combat d’une vie

Depuis toujours, les personnes handicapées mènent un combat au sein de la société pour être reconnu comme des personnes normales, ayant des droits et des devoirs. Ce n’est qu’à partir de 1975 que des mesures politiques ont été prises afin d’améliorer leurs quotidiens. Cependant nous allons voir que malgré tout cela, le combat pour eux continu. 

Nous allons donc voir dans quelle mesure la société française est-elle solidaire avec les personnes en situation de handicap depuis les années 70 ?

Dans un premier temps, nous verrons donc les défaillances du système français envers les personnes invalides. Puis, dans un second temps, le progrès de ce système qui évolue de jours en jours.

 

Les défaillances du système français envers les personnes invalides.

 

Malgré l’entrain de la société française à améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap, il est encore très difficile pour eux de trouver un logement adapté ou de se déplacer dans un environnement, essentiellement fait pour les personnes valides. La loi du 11 Février 2005, dite loi handicap fut promulguée pour offrir à toutes personnes reconnues handicapées “l’égalité des droits et des chances”. 

Cette prise de conscience politique s’attaque à plusieurs domaines :

Accessibilité des logements aux personnes à mobilité réduite.  

De nouvelles normes de constructions sont instaurées pour les logements neufs. Toutes les pièces d’habitation doivent permettre le déplacement d’un fauteuil. Les encadrements de portes sont donc élargis, les pièces sont plus grandes et le mobilier (toilettes, placards, lavabos…) à hauteur de fauteuil. Cette loi exige également que les immeubles soient sans marches d’escaliers ou dispose d’une rampe facilitant l’accès avec un fauteuil roulant. Les constructions de plus de trois étages doivent obligatoirement posséder un ascenseur.

Lanz-Andy. Toilette sans obstacle. [photographie]. In Pixabay [en ligne]. 14/05/2013. [consulté le 21/01/2019]

Si cette loi de 2005 marque une avancée dans la prise en compte des personnes handicapées, dans les faits, la mise en place de toutes ses recommandations a connu de nombreux recules. 

Le plus important a été  l’article 18 de la loi Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (ELAN), adopté par les députés le 1er juin 2018. Cette loi fait passer de 100% à 10 %,  la part des logements neufs devant être obligatoirement accessibles aux personnes handicapée. Le reste des logements doit être évolutifs c’est-à-dire bénéficier de  quelques travaux d’aménagements simples. Cette notion de “logements évolutifs” reste donc très flou. Selon Arnaud de Broca, secrétaire général de la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés,  “ils sont visitables mais pas habitables”. On constate aujourd’hui que moins de la moitié des logements Français sont accessibles aux personnes en situation de handicap. 

La loi ELAN représente donc un recule considérable de la loi de 2005 dont l’objectif social, en faveur des personnes en situation de handicap, était pourtant à saluer.

Accessibilité des lieux publics

Alors que la loi de 2005 avait fixé au 1er juin 2015, l’accessibilité de tous les espaces publics, les parlementaires ont votés un délais allant de trois à neuf ans pour la mise en conformité. Ainsi, à l’échéance prévue initialement, seul 40% des lieux publics étaient accessibles.

Nombre d’entre eux possèdent encore une marche à l’entrée, empêchant ou ne facilitant pas l’accès aux  malvoyants et/ou personnes à mobilités réduites. Pour éviter aux lieux publics une sanction pénale suite à la non application de cette loi, les députés ont donc voté pour un agenda, permettant à ces lieux d’obtenir un délai pour la mise en place et la fin des travaux de remise aux normes. Ce délai accordé aux lieux publics, déplaît fortement aux associations, qui tentent, en vain, de faire changer les choses. Selon elles, ce n’est pas le report de la date butoir qui pose problème, mais le fait que toutes les demandes ne pourront pas toutes être traitées et bénéficieront donc d’un délais accordé de façon  automatique.

Cela montre que les mesures prises en faveur des personnes invalides sont parfois et même souvent non prises en compte, les obligeants à se sentir un peu plus longtemps encore comme des citoyens en marge de la société..

Tabl-trai. Rampe pour usager en fauteuil roulant. [paysage]. Wikipédia [en ligne], 01/05/2011, [consulté le 21/01/2019]

En plus d’une accessibilité aux logements et aux lieux publics pas toujours évidentes, les personnes en situation de handicap se heurtent à de nombreux autres problèmes.

Selon le témoignage d’une personne handicapée moteur, se déplaçant uniquement en fauteuil roulant, les problèmes d’insertion sociale sont tout aussi, voir plus important que les problèmes de mobilités. Alain ROCHON, président de l’association des paralysés de France, tente de faire changer les choses.

Il lance, au nom de toutes les personnes en situation de handicap un appel au gouvernement du nouveau quinquennat (2017). Il demande à ce que les personnes handicapées soient enfin entendues, et que les choses changent. Les 12 millions de Français concernés par le handicap ne doivent plus être simplement perçus comme des personnes déficientes mais comme des sujets à part entière de notre société. Il rappelle également que les aménagements que tous réclament, bénéficieront également aux femmes enceintes, aux parents avec poussettes, aux voyageurs avec bagage et aux personnes âgées… A travers l’aménagement des lieux c’est le regard de la société sur eux qui va changer.

Les espoirs mis sur le nouveau quinquennat et le constat fait sur ce qui a effectivement été mis en place ne montre malheureusement guère d’évolution. Peu de mesure ont été mise en oeuvre pour faciliter la vie de ces personnes pourtant à part entière.

 

Le progrès de ce système qui évolue de jours en jours

 

Même si l’évolution des mentalités n’évoluent que doucement, un certains nombre de lois et de mesures en faveurs des personnes handicapées sont à saluer. Des plateformes d’aide à l’indépendance ont été créé,  des systèmes scolaires et même des lois pour l’insertion professionnelle ont été mis en place..

Insertion professionnelle

Malgré une obligation pour toute entreprise de plus de 20 salariés, d’employer au moins 6% de personnes handicapées, on dénombrait, en 2017, 19 % de chômeurs chez les personnes en situations de handicap, soit un taux deux fois plus élevé que chez les valides. 

Pour exemple, l’entreprise de protection sociale, Malakoff Médéric Handicap, est engagée, dans une mission d’insertion professionnelle pour les personnes en situation de handicap. Présente sur tout le territoire Français en 375 sites, elle a facilité l’accès aux soins et à l’emplois des personnes handicapées. Depuis 2014, l’entreprise a réussi grâce à des challenges sportifs à Lyon et à Grenoble, à mobiliser et à recruter 110 personnes handicapés. 

Aujourd’hui, les derniers chiffres recensés par l’entreprise Malakoff Médéric Handicap, sont l’emploie de près de 6000 salariés dont 6% de personnes en situation de handicap.  Il existe d’autres structures, comme les ESAT (Etablissement de Services et d’Aide par le Travail) qui oeuvrent pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

D’autres entreprises privées,  luttent également contre les discriminations au travail et emploient des personnes handicapés physiques et/ou mentales. Le restaurant” le reflet” est un bel exemple de réussite d’insertion. Il est ouvert  le 15 décembre 2016, à Nantes par Flore Lelièvre. Ce restaurant est composé de 10 salariés dont 6, sont atteint de trisomie 21. Selon la jeune entrepreneuse, le but de l’ouverture d’un tel restaurant est de changer le regard du monde sur les personnes en situation de handicap, car elles sont de nos jours encore, victime de préjugés. Elle a alors fait en sorte que tout soit adapté pour eux, en passant par la prise de commande, le service ou encore l’adaptation pour les horaires.

Elle tente alors de faire changer le regard de la société et ça marche. Effectivement, un deuxième restaurant de ce genre devrait ouvrir ses portes à Paris d’ici quelques années.

Insertion scolaire

L’un des objectifs concernant la prise en compte des personnes handicapées est l’insertion scolaire des plus jeunes. Dans ce domaine, les parents d’élèves sont extrêmement actifs. 

En effet, selon de récentes études, 86% des parents d’élèves souhaitent que les écoles intègrent mieux les élèves en situation de handicap. Comme tout enfants, les jeunes handicapés ont le droit à l’éducation, et sans discrimination. Une majorité des parents d’élèves trouvent intéressant de créer une certaine mixité entre les élèves et les élèves souffrant d’un handicap moteur, sensoriel ou encore intellectuel. Cependant, certaines inquiétudes persistent et il serait nécessaire d’avoir plus d’accompagnant formé dans les classes afin d’intégrer au mieux les jeunes handicapés.

Cela montre donc une ouverture d’esprit de la société, car malgré les problèmes rencontrés, les parents d’élèves restent optimistes sur l’intégration de jeunes handicapés dans le système scolaire français.

Geralt. Personne. [illustration]. In Pixabay [en ligne]. 15/09/2014. [consulté le 21/01/2019]

 

Depuis 1970, la société Française a montré une avancé solidaire envers les personnes en situation de handicap. De nouvelle loi ont été créé, notamment celle de 2005, qui malgré quelques recules, présente tout de même une avancée dans la prise en compte des personnes handicapées dans notre société. A cela se sont ajouté des initiatives personnelles, d’individus ou d’entreprises qui ont contribué plus encore, à leurs intégrations. L’ouverture de sites internet facilitant  leur quotidien, la création d’associations ou une plus large offre d’emplois dans des entreprises sont des exemples concrets de ce qui est mis en place. Malgré tout, il reste encore beaucoup à faire. C’est le regard porté sur le monde du handicap qui doit changer et entraîner toute une réorganisation de notre société, créée jusque là, uniquement pour les personnes valides.

 

 

Léa PAGUET & Léa JACQUET

 

Bibliographie:
Ce contenu a été publié dans La solidarité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le combat d’une vie

  1. Pelletrat Hélèna dit :

    Je trouve que cet article est très bien écrit puisque des arguments pertinents y ont été mis. Ces arguments répondent bien à la problématique proposée puisqu’ils traitent les problèmes d’handicaps des années 70 jusqu’à aujourd’hui. De plus, le fait d’avoir également mis un témoignage d’une personne souffrant d’un handicap montre la réalité des choses tel qu’elles le sont aujourd’hui.

  2. btsenil dit :

    Votre article est très intéressant et très bien mené. Il est bon de mentionné l’évolution des pensées qui semble être une chose difficile et souhaitable dans tant de domaines…
    Gaëlle CLEMENT

Les commentaires sont fermés.