La solidarité dans le sport

Introduction

Le sport est un ensemble d’exercices le plus souvent physique se pratiquant sous forme de jeux individuels ou collectifs pouvant donner lieu à des compétitions. Le mot « sport » est un mot anglais, lui-même issu de l’ancien français « desport » qui signifie divertissement, plaisir physique ou de l’esprit. Le sport est universel, il a été pratiqué à toutes les époques aux quatre coins du monde sous des formes très diverses. Le sport joue un rôle important pour le développement. Il n’est pas seulement un but en soi, c’est aussi un outil qui aide à améliorer la vie des familles et des communautés entières. Le sport peut ainsi être considéré comme une « école de vie » et un outil efficace pour atteindre divers buts dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’égalité des sexes ou encore de la protection. Il n’en reste pas moins que le sport est un outil particulièrement efficace pour toucher à la fois les enfants et les adultes du monde entier. Aussi, au niveau des organisations internationales, le sport est un outil important pour développer des pays et transmettre des valeurs de solidarité, de fraternité, de respect pour l’autre, de fair-play, etc.

La solidarité au seins d’une équipe sportif
[paysage]
l’internaute [consulté le 20/01/2019]

  1. Qu’est-ce que la solidarité ?

  • Son histoire

    La « solidarité » est invoquée aujourd’hui comme une évidence. Elle donne son nom à des ministères et à des lois (SRU, pacs, RSA). Elle a acquis, jusque dans le traité européen, le statut d’un principe de droit. Partout en Europe les politiques sociales prennent le nom de politiques de solidarité. La société civile n’est pas en reste : les organisations et entreprises solidaires se multiplient. La solidarité est devenue une sorte d’auberge espagnole. Mais que veut-elle dire au juste ? S’agit-il d’un sentiment de sympathie qui nous porte à l’entraide, ou bien d’une réalité, celle de l’interdépendance entre tous les hommes, ou encore d’une valeur morale et même d’une obligation juridique

  • Son évolution

    La solidarité mécanique, pour E. Durkheim, est une forme de cohésion sociale fondée sur la similitude des comportements des individus et des valeurs de la société. La similitude des comportements et l’identité commune des individus fait qu’il n’y a pas de conflit portant sur les valeurs et les normes de la société. C’est la cohésion sociale de sociétés peu différenciées, traditionnelles ou de groupes sociaux réduits, où la conscience collective d’appartenir au groupe prime.

  • La solidarité organique, toujours pour E. Durkheim, est une cohésion sociale fondée sur la complémentarité des activités et des fonctions des individus. La cohésion sociale repose donc sur la coopération nécessaire entre individus ; la spécialisation fait que chacun a besoin des autres ce qui se traduit par un système de droits et d’obligations les uns vis-à-vis des autres. C’est la cohésion qui devrait exister dans des sociétés dans lesquelles la division du travail est très importante (très grande diversité des fonctions exercées par les individus) c’est-à-dire dans les sociétés développées. La conscience individuelle peut donc s’exprimer.

  • Ses enjeux

    Les pratiques sportives permettent l’épanouissement de chacun en offrant des espaces de socialisation et de solidarité, qui favorisent le respect des règles, de soi, des autres. La valorisation de la notion d’équipe contribue à l’apprentissage de la responsabilité et de la citoyenneté. Une meilleure connaissance de son corps améliore l’hygiène de vie des élèves, permet de prévenir les conduites addictives et participe à l’éducation à la santé. La pratique du sport contribue aussi à l’égalité des chances et à l’intégration en donnant à tous les élèves les mêmes droits et les mêmes devoirs.

  1. Exemples et développement ?

  • La coupe du monde de foot

    Les sports d’équipe, tels que le football, favorisent la solidarité entre les joueurs.

    Lors de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde 2006, le président fédéral d’Allemagne Horst Köhler explique, pendant son discours, que le souhait de l’organisation est d’avoir « des matches passionnants, de nombreux buts et du fair-play », mais également « que le football puisse réunir les peuples ». Et permet aussi de diminuer les tensions entre les pays.

    Une opposition est parfois un symbole de retour éphémère à des relations saines entre deux pays qui s’affrontent.

    C’est sans doute l’une des valeurs qui représente le mieux le football. La coupe du monde en est l’exemple parfait avec ces « bandes de potes » solidaires et prêtes à tout, le temps d’un match. C’est la magie de la coupe et c’est ce qui fait la beauté de ce sport. Dans ces conditions, la discipline devient une source de satisfaction et d’enthousiasme énorme, procurant des joies que peu d’autres disciplines permettent de véhiculer. Les amitiés tissées sur les terrains font partie des relations les plus saines et les plus solides qui soient.

    La solidarité des bleus à la Coupe du monde

    Les Bleus reverseront une partie des gains aux petites mains de l’encadrement de l’équipe de France. Les champions du monde 2018 ont décidé d’aller plus loin encore en reversant une partie de leurs primes à une ou plusieurs associations. « C’est au libre choix de chacun. Certains se réunissent pour faire une cagnotte à reverser à plusieurs associations, d’autres le font de façon individuelle »

    La solidarité entre les supporters français a la Coupe du monde
    [paysage], Sorti paris [en ligne le 16/07/2018]
    [consulté le 20/01/2019]

    • Le hand-ball

      Le sport permet à chacun de mieux se connaître, d’être bien dans son corps. À condition d’être pratiqué avec fair-play, il permet d’améliorer l’image de soi, d’apporter plaisir, bien-être et santé et de mieux vivre avec les autres.
      Être fair-play, ou avoir l’esprit sportif , c’est bien plus que respecter des règles ; c’est une manière d’être et de penser autour des valeurs du sport que sont l’amitié, le respect de l’autre, la loyauté,…

      Avoir l’esprit sportif est une condition nécessaire au bien vivre ensemble.

      7 valeurs du respect au hand-ball

      Le respect

      se respecter soi-même, ses partenaires et ses adversaires,

      respecter les règles du jeu, les arbitres, les techniciens, le public et les équipements.

      permettre à chacun de pratiquer sa passion dans les meilleures conditions.

      La solidarité

      construire une identité « handball » à travers l’appartenance à son équipe et à son club,

      construire un esprit de corps et de groupe,

      développer l’entraide et le soutien sur le terrain et dans la vie.

      La tolérance

      permettre l’expression des différences,

      laisser s’exprimer tous les talents,

      permettre à tous de progresser et de réussir sans faire de différence.

      L’engagement

      participer aux prises de responsabilités,

      développer le don de soi, pour son équipe et pour son club,

      être présent, ponctuel et persévérant dans sa pratique.

      La combativité

      toujours être déterminé et engagé dans ses actions sur le terrain,

      lutter contre l’esprit de renoncement.

      La convivialité

      accueillir les adversaires, les arbitres, les parents et les supporters,

      développer un esprit convivial et festif,

      partager cet état d’esprit avec ses parents.

      L’esprit sportif

      être loyal et équitable,

      refuser toute forme de tricherie (dont le dopage),

      être exemplaire et généreux,

      rester humble dans la victoire et digne dans la défaite.

      Les éducateurs transmettent jour après jour à nos licenciés, les valeurs fortes qui font le HANDBALL : partage, solidarité, convivialité.

      La solidarité pendant un match de hand ball
      [paysage] Twitter [JDA Dijon]
      [en ligne le 15/05/2018
      [consulté le 19/01/2019]

    • Le cyclisme

      Le cyclisme est un sport populaire et de culture régionale. Cette activité incarne le dépassement de soi, la combativité, l’esprit d’équipe et la volonté d’aller au bout des choses, quelles que soient les difficultés. La solidarité, valeur centrale du cyclisme est aussi l’intérêt du collectif avant tout : « On va plus loin quand on roule ensemble ».

      Le cyclisme est un sport de partage qui permet de transcender un travail collectif réalisé depuis des mois, avec toute une équipe derrière les coureurs

      Il y a aussi l’Équilibre entre vie professionnelle et personnelle, équilibre dans les équipes, équité managériale. Au delà de ces valeurs, les collaborateurs se retrouvent au quotidien autour de moteurs forts : la convivialité, la bienveillance et l’entraide en les coureurs.

      La solidarité au sein de l’équipe a permis de surmonter ces nombreuses difficultés. « On n’était pas plus forts que les autres mais la solidarité se transmettait sur le vélo et avec les membres de l’équipe. On s’est montré combatif toute l’année et c’est grâce à cet état d’esprit qu’on a réussi à obtenir de bons résultats ».

      Parmi les coureurs qui participeront au contre-la-montre par équipe, il est probable que certains n’en aient jamais disputé.Mais cette épreuve nécessite préparation, cohésion et solidarité au sein de l’équipe.

      La solidarité entre les coureurs [paysage]
      Le monde [en ligne le 20/05/2015]
      [consulté le 19/01/2019]

  • Conclusion :

    Le sport, à sa manière, « est-au-monde », c’est-à-dire qu’il fait partie intégrante de la société, à la fois comme spectateur, mais aussi comme acteur, qui a donc une influence sur celle-ci. Pour répondre à notre problématique générale, oui, le sport fait partie de la culture, précisément de la culture commune. Le sport est un art qui combine beauté, précision, expression, de joie ou de déception, rythme, élégance. Le sport est un spectacle qui appartient à l’Histoire, et aussi qui appartient à la société. Le sport est un acteur qui joue plusieurs rôles, un rôle politique tout d’abord, géopolitique ensuite. Selon les pièces, il a parfois le bon rôle, œuvrant pour la paix dans le monde, étant un moyen d’intégration pour des personnes handicapées, générant une nouvelle activité économique, de l’emploi.

    Louise Couillard

    Référence :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_du_monde_de_football#Supporters

    http://sport24.lefigaro.fr/football/coupe-du-monde/russie-2018/actualites/les-bleus-champions-de-la-solidarite-918254

    http://footensemble.fr/les-valeurs/

    https://www.groupama.fr/equipe-cycliste-groupama-fdj

    https://www.lamontagne.fr/gueret/sports/cyclisme/2017/05/18/retour-sur-le-reve-agrigel-la-creuse-en-1996_12408297.html

    http://blog.slate.fr/tour-de-france-2011/2011/07/03/le-contre-la-montre-par-equipe-art-collectif/

    https://sahb.clubeo.com/page/charte-du-handballeur.html

Ce contenu a été publié dans La solidarité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.