Obésité rime avec santé

 « Grosse baleine! Grosse vache! » tout le monde a déjà entendu ces insultes à l’école ou dans la rue, envers les personnes à forte corpulence. Mais en réalité, l’obésité, c’est bien plus que ça…

Aujourd’hui, l’excès de poids et l’obésité chez l’enfant sont une véritable préoccupation pour les pouvoirs publiques. En effet, à partir de 1977, ce phénomène est devenu inquiétant notamment dans les pays développés : la France en n’est donc pas épargnée. Par conséquent, il est intéressant de se demander en quoi l’obésité chez les jeunes Français est-elle devenue un problème de santé publique aujourd’hui.

 

I. L’obésité chez les jeunes français : ses causes et ses conséquences…

1.1 Qu’est ce que l’obésité ?

L’obésité est un excès de masse grasse qui entraîne des inconvénients pour la santé et réduit l’espérance de vie. Lorsque les apports énergétiques sont plus élevés que les dépenses énergétiques, cette maladie s’installe et peut devenir irréversible.

Afin de détecter l’obésité, il faut procéder à la mesure de l’IMC (Indice de Masse Corporelle) d’une personne.

Réalisé par Clara

Calcul de l’IMC. Réalisé par Clara et Lucile

 

On tire de ce calcul les conclusions suivantes :
IMC <18.5 : la personne est en état de maigreur.
18.5<IMC<25 : le poids de la personne est normal.
25<IMC<30 : la personne souffre de surpoids.
IMC>30 : la personne est atteinte d’obésité.

 

En France, en 2017, le surpoids et l’obésité touchent 18% des enfants âgés de 3 à 17 ans. On note néanmoins que ce chiffre stagne depuis 2006. Cependant, selon une revue ‘Management et Avenir’, on estime que l’obésité atteindra 25% des enfants en 2020. Et cela pour diverses causes…

1.2 Les facteurs influençant l’obésité

Les causes de cette maladie sont multiples et très variées :

  • Une mauvaise alimentation :
    Une alimentation trop riche en produits gras et sucrés entraîne le grignotage et donc une prise de poids non négligeable. De plus, les jeunes, souvent étudiants, disposent d’un budget restreint pour l’alimentation et n’en font pas un post de dépense prioritaire. Ils se nourrissent donc de « malbouffe », celle-ci favorisée par le marketing de l’industrie agro-alimentaire.

 

  • La sédentarité :
    Les dépenses énergétiques diminuent de nos jours suite à la modernisation des transports (marche à pied, vélo remplacés par les transports en commun ou voitures). D’autre part, la sédentarité est favorisée par le développement de la technologies : consoles de jeux, téléphones portables, ordinateurs, télévision…
    Selon l’INSEE, « 33 % de la population âgée de plus de 15 ans ne pratiquent pas suffisamment d’activité physique et plus de la moitié du temps libre est passé devant un écran ».
  • L’état physiologique :
    Le stress, le sommeil,  l’environnement familial sont autant d’autres facteurs propices à la prise de poids.
  • La part de la génétique :
    L’obésité est aussi une maladie qui peut se transmettre génétiquement. En effet, plusieurs français du CNRS (Centre Nationale de la Recherche Scientifique) et de l’INSERM (Institut National de la Santé Et de Recherche Médicale) ont mis en évidence l’implication de nombreux gènes dans la prise de poids. De plus, l’alimentation maternelle a une influence sur la survenue de l’obésité.

L’obésité est donc une maladie plurifactorielle, dont les conséquences ne sont pas anodines…

1.3 Les conséquences de cette maladie

L’excès de poids augmente les risques de développer certaines maladies :

  • Le diabète : Celui-ci correspond à un excès de sucre dans le sang et donc un taux de glucose (glycémie) trop élevé.
  • Les maladies cardio-vasculaire (MCV) qui affectent le cœur et les vaisseaux sanguins.
  • L’hypertension : elle se rapporte à une augmentation de la pression à l’intérieur d’une cavité ou d’un vaisseau.
  • Les problèmes respiratoires (apnée du sommeil), rhumatologiques et articulaires (arthrose).

Après avoir expliquer l’obésité, énumérer ses causes et conséquences, il est important d’éclairer le fait que cette maladie est aujourd’hui un véritable problème de santé publique.

II.  … devenue aujourd’hui un réel problème de santé publique

2.1 L’obésité, un facteur d’inégalités

Certains jeunes sont plus susceptibles de développer cette maladie, selon leur environnement familial.

  • Le groupe social des parents a une grande influence sur le taux d’obésité des jeunes :

Sur ce graphique, qui résume une étude réalisée par le ministère de la santé, nous pouvons observer qu’en 2009, les enfants d’ouvriers ont un taux d’obésité 3 fois plus élevé que les enfants de cadres.

 

 

 

 

 

  • La situation géographique agit également sur l’obésité des jeunes :

Pourcentage d’obésité en fonction de la situation géographique. Réalisé par Lucile et Clara Bouriot, inspiré par la DREES

Nous pouvons observer que les régions de l’Est et du Nord ont tendance à un pourcentage d’obésité plus élevé que l’Ouest ou la Méditerranée par exemple.
Etude réalisée par le ministère de la santé.

  • Le taux d’obésité dépend également du sexe de la personne :

Ce graphique représente deux études (ENNS en bleu foncé et rouge foncé réalisée en 2006 et ESTEBAN en bleu clair et rouge clair réalisée en 2015), réalisée sur des filles et des garçons.
Nous pouvons remarquer qu’en 2015, ce sont les garçons les plus victimes de l’obésité (4.1% contre 3.8% pour les filles)  En ce qui concerne le surpoids en 2015, ce sont les filles les plus touchées (14.1% contre 11.8% pour les garçons).

Les inégalités liées à l’obésité sont donc omniprésentes, ce qui fait de cette maladie un enjeu publique.

2.2 L’obésité, un incontestable mal-être

L’adolescence est bien connue pour être une période où l’image de soi est importante aux yeux des jeunes. Le poids y joue un rôle essentiel. D’après l’institut Danone, « A 15 ans, 40% des filles se trouvent trop grosse alors que 20% des garçons se trouvent trop maigres ».
La plupart des jeunes obèses rejettent leurs corps et détiennent des problèmes d’estime de soin renforcés par la discrimination. Cette maladie laisse alors des marques à vie, que ce soit sur le mental (dépression) que sur le plan physique.
Cependant, une enquête Ipsos relatée par le Monde montre que 3 jeunes sur 10 âgés de 15 à 25 ans n’ont pas conscience de leur obésité : ils s’estiment minces ou de corpulence normale.

La non-conscience des jeunes de leur poids

Schéma représente cercle vicieux de l’obésité.
Réalisé par Lucile et Clara, inspiré de l’INSERM

2.3 Les solutions face à l’obésité

  • Prise en charge dans des centres spécialisés : suite au plan obésité 2010-2013. Les centres spécialisés se sont développés en France ces dernières années.
    Témoignage d’une jeune fille atteinte d’obésité : https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/val-loire/loir-cher/blois/obesite-adolescents-maladie-qui-se-soigne-1192227.html
  • Chirurgie de l’obésité lorsque les traitements médicamenteux deviennent trop limités.
  • Prévention et dépistage : les familles doivent restées vigilantes et intervention de professionnels dans les écoles dans le but de donner des conseils alimentaires et lutter contre la discrimination, le harcèlement.
  • Les publicités : tout le monde connaît les publicités diffusées à la télévision telles que : « pour votre santé, mangez au moins 5 fruits et légumes par jour », « pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé », « pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière ». https://www.youtube.com/watch?v=9RwM-IFfezA
    Elles ont pour but de rappeler au consommateur qu’une alimentation saine évite les problèmes de surpoids et d’obésité.

2.4 Une maladie coûteuse

L’obésité n’est pas qu’un problème individuel mais est un véritable problème de société.
Le traitement et la prise en charge est un enjeu pour notre système, qui coûtent 10 milliard d’euros à l’Etat chaque année.
Marqueuse d’inégalités, problème d’estime de soi, solutions envisagées par l’Etat, cette maladie est ainsi devenue un réel enjeu sociétale au fil des années.

Conclusion 

L’obésité est donc une maladie plurifactorielle et dont les conséquences ne sont pas négligeables et même dangereuses pour la santé. Aujourd’hui, ce sont un grand nombre de jeunes qui sont concernés par ce problème. Celui-ci engendre un véritable mal-être chez cette catégorie de la population, c’est pourquoi cette maladie est réellement prise au sérieux par le gouvernement. Il accentue en effet ses efforts afin de prévenir, dépister, soigner l’obésité et lutter contre les discriminations.
La recherche constitue donc un réel enjeu contre cette maladie irréversible…

 

Clara et Lucile BOURIOT

 

Bibliographie : 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans La jeunesse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Obésité rime avec santé

  1. Nadège FOLTETE dit :

    L’article me parait complet puisqu’il évoque les causes, les conséquences ainsi que les solutions .Il explique bien les différents facteurs qui influencent l’obésité. Les données sous formes de graphiques permettent de bien illustrer les propos.

  2. BATOUX Charlotte dit :

    Un sujet bien choisi qui est d’actualité puisque l’obésité est un facteur qu’on retrouve le plus souvent chez les jeunes et c’est un sujet dont on parle régulièrement.
    L’article est bien écrit et complet, il évoque les différents facteurs qui influencent l’obésité avec les conséquences de cette maladie et comment y faire face et en évoquant la prévention.
    Les données sont claires et illustrées par des liens hypertextes qui renvoient à des témoignages ou des spots publicitaires, ainsi que par des graphiques, dommage qu’ils soient de mauvaises qualités! En ce qui concerne la présentation, je trouve que sa reste trop scolaire au niveau des titres.

    BATOUX Charlotte

  3. btsenil dit :

    Article intéressant sur un sujet que l’on ne peut pas ignorer de nos jours. Je trouve dommage que l’article ait été rédigé de façon « scolaire » avec un plan chiffré du début à la fin (rapport de stage par exemple), cela manque de naturelle. Il est dommage également que certaines phrases manque de relecture, cela peut engendrer une incompréhension de celles-ci.

    Benoît JULIEN.

Les commentaires sont fermés.