Les aliments, une source de bonheur ?

Depuis le début de l’histoire, la préoccupation majeure de l’Homme est la survie, se traduisant par la recherche d’une source d’alimentation. Au fil des siècles, l’alimentation de l’Homme est devenue beaucoup plus accessible, et par ce fait, la manière dont l’Homme la perçoit à évoluer. Elle est passée de besoin à plaisir, c’est une recherche de goût, de saveur en bref d’émotions.

Dans une société de consommation manipulée par les industries d’agroalimentaires, différents aspects du bonheur alimentaire peuvent être ciblés. Suite à cela, nous pouvons nous demander en quoi les sociétés d’agroalimentaires nous permettent-elles de toucher au bonheur ?

 

Les industries agroalimentaires et leur rôle  dans la société actuelle

Les industries agroalimentaires peuvent être définies par l’ensemble des activités industrielles, transformant les matières premières en produits destinés à la consommation.

Dans le contexte d’une Mondialisation, une grande variété d’aliments nous sont disponibles dans notre supermarché habituel voire même trop. Chaque jour des millions de tonnes d’aliments sont transporter par bateaux, avions, camions en provenance de pays exportateurs vers les pays développés (Brésil premier explorateur de soja, la Chine exporte beaucoup de poissons). Le client peut en rayon, ainsi trouver tout ce qu’il cherche et  bien plus encore.

Enfin, il est possible de trouver dans chaque ville, différents types de restaurants à  gastronomie étrangère : Il est possible de manger américain, italien, japonais, turc au coin de la rue.

Au final, les industries agroalimentaires possèdent une place écrasante dans la société de consommation actuelle à tel point que les plus grandes d’entres elles peuvent se permettre de tout simplement racheter les industries concurrentes pour garder le monopole sur le marché comme nous le montre cette image.

Graphique démontrant l’envers des industries agroalimentaires. Source : http://convergencealimentaire.info/wp-content/uploads/2012/04/mapsmall.jpg

 

Le bonheur sous différentes facettes

 

Le client présent devant un produit esthétique éprouvera une certaine tentation envers ce même produit . Il éprouvera aussi un sentiment de bien-être quand à l’achat de ce produit. (Excitation d’achat du à une attente du produit voulu).

La préparation et la confection d’un plat peut être un loisir, voire une passion, certains en font même leur métier. Le fait de cuisiner donne une certaine fierté à celui ou celle qui confectionne le repas, on peut donc trouver un aspect du bonheur culinaire.

Lors du repas, certains de nos sens sont plus particulièrement stimulés. L’odorat  est stimulé car l’aliment dégage une certaine odeur. La vue permet de visualisé l’aliment qui peut paraître appétissant. Le goût détermine les saveurs de l’aliment. Dans certains cas, le toucher et l’ouïe sont recherchés lors d’un repas.

Le repas en lui même est une source de bonheur plus accentuée en petit comité. En effet, celui-ci peut être un moment de convivialité, de partage, d’échange, de dialogue qui va au delà de l’aliment.

Le bonheur et les industries agroalimentaires

Les industriels ont bien compris que la manière dont les hommes perçoivent les aliments à changée.

Le mot bonheur attire l’œil et pousse à la consommation. Ils ont donc misés sur un marketing focalisé sur le bonheur, le plaisir, les sens afin d’augmenter leurs ventes. Ici, coca-cola nous explique qu’en ouvrant du coca-cola on ouvre du bonheur à l’état pur. Les industries quand à elle utilisent différents procédés de vente divers et variés pour attirer le client vers leurs produits notamment l’esthétique, la couleur, l’emballage tel que démontré avec l’exemple de coca-cola.

Publicité sur le bonheur

Publicité sur le Coca Cola : « Ouvre un Coca Cola, ouvre du bonheur ». Source :  http://mediacomeulalie.weebly.com

 

 

Pour conclure les consommateurs peuvent toucher au bonheur à travers les aliments malgré le fait que ce bonheur soit tout de même dirigé par les industries d’agroalimentaires qui poussent le client à acheter leurs produits.

 

Charles JEHIN

Louis CACHOD

 

Bibliographie :

 

Une réflexion au sujet de « Les aliments, une source de bonheur ? »

  1. L’article me semble un petit peu court, et je reste sur ma faim. Néanmoins, les faits prononcé sont un régal qui on le gout d’une savoureuse vérité.
    Bravo les cuistots.

    EIFLER Evan