En quoi les nouvelles technologies de la communication influent-elles sur les comportements des jeunes en France ?

Les nouvelles technologies de communication dans le monde, ainsi qu’en France ont pris une place plus qu’importante chez les jeunes. D’ici 2020, ce sont 20,8 milliards d’objets qui devraient être connectés dans le monde. En 2015, la France comptait déjà 72,1 millions d’abonnements téléphoniques, 7 milliards dans le monde et presque autant de téléphones en service. On ne compte plus le nombre de tablettes également. Ces chiffres ont de quoi donner le tournis.

 

Le problème c’est que les parents connectent leurs enfants de plus en plus tôt, leurs achète des téléphones à 10 ans par exemple, alors qu’il est fortement déconseillé de dépasser 15 min d’écran avant 15 ans …

 

Mais le problème n’est pas tant que le monde soit connecté. Les problèmes ce sont plutôt les risques liés à ces technologies de communication. C’est pourquoi nous allons aujourd’hui parler de de l’influence possible des nouvelles technologies de communication sur le comportement des jeunes, et plus particulièrement en France.

Pour répondre à cette question nous parlerons d’abord des modifications sur la santé des jeunes.

Ensuite nous parlerons d’un aspect moins flagrant, et moins mis en lumière, qui parleras des changements sur le comportement social des jeunes.

I – Les problèmes de santé apporté aux jeunes par l’utilisation massive et trop tôt des technologies de communication.

     1 ) Le mauvais développement des jeunes :

Pour commencer, avec l’émergence des nouvelles technologies, les parents donnent la possibilité aux jeunes d’utiliser les nouvelles technologies de communication beaucoup trop tôt, selon Santi Pascale «28% des 9-10 ans ont déjà un téléphone ».

Jeune enfant sur son téléphone (Image libre de droit)

Le problème c’est que cette utilisation massive à jeune âge, nuit au développement des enfants, sur l’apprentissage du langage, mais aussi sur le développement de leurs plasticité cérébrale.

Chez les adolescents, Santi Pascale encore nous apprend que « les écrans prennent 40 à 50% du temps de veille ». Le temps de sommeil est grandement endommagé, et ce sont les résultats scolaires qui prennent un coup en parallèle de ce manque de sommeil.

L’utilisation des nouvelles technologies de communication nuisent donc à leur développement.

Cette fatigue provoquée par les réveilles pendant la nuit engendre notamment des problèmes sur la concentration (résultats scolaires par exemple), le métabolisme de l’individu, mais aussi cette fatigue peut avoir des répercutions un peu plus importantes, comme des problèmes cardiovasculaires, ou des conséquences sur le système immunitaire.

Donner accès aux nouvelles technologies de communication aux jeunes voir aux très jeunes, est donc très néfaste pour eux, cela leurs met des bâtons dans les roues pour leurs réussites scolaires, mais peut également leurs apporter des soucis de santé important.

Cependant ces soucis scolaires, et médicaux ne sont pas les seuls soucis apportés par les nouvelles technologies de communications sur les jeunes, le développement des addictions à différentes choses que l’on peut côtoyer avec les nouvelles technologies est aussi un problème majeur, et c’est donc ce que l’on va observer dans un second temps.

 2 ) Développement des addictions (drogue, sexe, …)

Comme nous l’avons vu précédemment, les écrans prennent 40 à 50% du temps de veille des adolescents. Ils sont obligés pour certains de se réveiller pendant la nuit pour communiquer par exemples via des forum ou via les réseaux sociaux afin de satisfaire leurs désirs.

La plupart des jeunes ne pourraient pas se passer de leur téléphone, et serait très triste en cas de perte, car il contient tout leurs souvenir, et toutes leurs occupations passées comme actuelles.

Impossible de vivre sans téléphone (Image libre de droit)

Les nouvelles technologies de communications donnent aussi un accès plus facile au contenu à risque (drogue, sexe…) et les jeunes adolescents innocents, ne connaissent pas les risques liés à ces sujets.

Accès plus facile au contenu mauvais à la santé, ou à la vie en général (Image libre de droit)

A cause de ces différents facteurs (contenu a risque, impossibilité de vivre sans son téléphone) le nombres de suicides, et le nombres de dépressions à considérablement augmenté selon Santi Pascale.

Maintenant les jeunes préfèrent même rester chez eux, plutôt que de sortir voir leurs amis. Ils préfèrent parler aux gens virtuellement plutôt que de les voir en face à face.

« Les geeks sont de plus en plus accepté » selon Yann Leroux, ils sont fondus dans la masse dorénavant, car la majorité de la société est connecté avec les nouvelles technologies de communication.

Le problème aussi c’est que maintenant on utilise son téléphone pour tout et n’importe quoi, et l’on devient incapable de s’en sortir sans.

Sans le téléphone, beaucoup de jeunes seraient incapable de s’en sortir notamment avec l’exemple « des dangers de l’ »uberisation » » de Morozov Evgeny. Ces sociétés assistent tellement les jeunes, que se sont les seuls qui s’en sortent, car les jeunes maintenant cherche toujours à aller au plus simple grâce aux nouvelles technologies de communication. Maintenant pour prendre un taxi, un jeune serait incapable d’appeler un taxi au bord de la route comme avant ils le réservent sur internet, de même qu’un coiffeur par exemple, on le réserve sur internet plutôt que de se déplacer au salon, ces nouvelles technologies de communication nous facilite la vie, mais nous rendent dépendante d’elles, et nous rendent très paresseux.

       3) L’incapacité de vivre sans les nouvelles technologies, qui leurs servent à tout et n’importe quoi, et qui peuvent être utilisés pour des mauvaises causes.

Le problème, c’est que ces addictions peuvent être plus malsaine, et ce que nous allons traiter dans cette fin de première partie.

Dans cette partie nous allons voir que les nouvelles technologies de communication peuvent être utilisés pour des actions plus mauvaises que de la simple paresse comme vu dans la deuxième sous partie.

Les jeunes et même les tous jeunes, peuvent avoir un accès beaucoup plus simple au contenu à risque, c’est-à-dire la drogue, le sexe, etc…

Comme on l’a vu avec l’exemple de Uber dans la sous partie deux, et bien les jeunes utilisent massivement leurs téléphones pour trouver tout et n’importe quoi, c’est-à-dire, ils vont donc pouvoir trouver n’importe quel type d’information grâce aux nouvelles technologies de communication.

Société de taxi Uber (Image libre de droit)

Réaliser un projet est donc maintenant beaucoup plus simple, on peut trouver bien plus facilement ce que l’on cherche.

Les nouvelles technologies peuvent donc donner de mauvaises idées aux jeunes, car ils voient circuler des tonnes d’information, on peut voir se développer des addictions au drogues, aux sites pornographiques, etc…

Dans l’exemple du livre d’Eva Clouet, qui s’est penchée sur la prostitution étudiante, elle nous montre que maintenant relier l’offre et la demande est beaucoup plus simple avec les nouvelles technologies de communications. Une étudiante qui à besoin d’argent pour financer ces études peut donc plus facilement avoir recours à la prostitution.

Les nouvelles technologies de communication peuvent donc donner des mauvaises idées aux jeunes, et leurs faire ruiner leur vie en tombant dans la drogue, la prostitution ou tout autre sorte d’addiction.

II – Les modifications dans les comportements sociaux des jeunes en France apportés par les nouvelles technologies de communication :

       1 ) La place de la famille et des amis :

On va donc maintenant observer l’impact des nouvelles technologies de communication, sur les comportements sociaux des jeunes. Tout d’abord on va observer les changements de place de la famille ainsi que des amis.

Les jeunes ont besoins de communiquer chaque jour, et même chaque heure, via des forums, les réseaux sociaux, etc… afin de satisfaire leurs besoins. Ils préfèrent maintenant être bien vu sur les réseaux, plutôt que de passer du temps avec leurs proches, et préfèrent regarder des séries, plutôt que de sortir voir leurs amis.

Communication sur des forum à chaque instant (Image libre de droit)

Les comportements ont beaucoup évolué avec les générations, les jeunes maintenant se voient beaucoup moins en dehors des nouvelles technologies de communication a part pour leurs obligations, comme l’école. Avant l’apparition de ces technologies, il était beaucoup plus compliqué de se sociabiliser, on était donc beaucoup plus proche de ses meilleurs amis et surtout de la famille.

Maintenant on peut tellement facilement rencontrer des gens, que l’on s’attache beaucoup moins à nos proches. Cette facilité à se sociabiliser met donc beaucoup en difficulté le cercle familial qui est grandement concurrencé, même le weekend qui est normalement consacré à la famille, on peut communiquer avec ces amis, et même avec des inconnus, le contact avec la famille se perd donc d’année en année.

Les jeunes sont donc maintenant connectés en permanence, les liens avec les bons amis, et la famille sont donc mis en difficultés, car ils sont concurrencés par des inconnus sur des forums ou autres encore ….

      2 ) Empreint de personnalités :

La pression apportée par les technologies de communication, oblige les jeunes à se cacher derrière des personnalités qui ne sont pas les leurs pour être crédible, et s’aimer.

Être focaliser sur son compteur d’abonné (Image libre de droit)

Les jeunes doivent donc défendre leur identité, leur autonomie dans la communication, leur sociabilité en se cachant constamment derrière leurs mobiles.

Selon Amri Mahdi et Vacaflor Nayra, docteurs qualifiés en science de l’information et de la communication, « le mobile est effectivement un objet réflexif de l’identité qui rassemble histoires individuelles et interactions constantes, dans la mesure où il est devenu un instrument qui parle authentiquement du « soi » ». La vie des jeunes est donc liée à leurs téléphones, sans lui ils ne se reconnaîtraient plus, il fait partie intégrante de leurs personnalités.

 

Les jeunes préfèrent maintenant être bien vu sur les réseaux plutôt que de passer du temps avec leurs proches, parfois ils ont même honte de leurs proche, c’est pourquoi ils empreintes la personnalité d’autrui, afin d’être mieux vu et de se sentir mieux dans leurs peaux. Pour eux tout ce qui compte maintenant c’est de faire le buzz, peu importe les moyens, même s’ils ne doivent pas être eux même.

         3 ) Manque de sommeil :

Dans la première grande partie nous avions vu que chez les adolescents les écrans prenaient 40 à 50% du temps de veille, ce qui est énorme ! Le temps de sommeil est donc grandement endommagé par les écrans.

De plus selon Santi Pascale, 30% des élèves de 4e se coucheraient après 23h en semaine ! Les écrans retiennent donc les jeunes beaucoup plus tard et ce malgré les cours, ce qui cause ainsi un grand manque de sommeil.

Certains jeunes se réveillent même pendant la nuit, ce qui engendre notamment : problèmes cardiovasculaires, conséquences sur le système immunitaire, sur la concentration, le métabolisme, les résultats scolaires…

Les jeunes sont tellement accro aux nouvelles technologies qu’ils sont capables de gâcher leurs nuits pour pouvoir être plus connecté avec les autres, afin de discuter, et d’augmenter encore leurs popularité etc…

Ces réveilles empêchent la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil, qui les empêchent encore plus de dormir !

C’est donc un cercle sans fin, dont sont prisonniers les jeunes, et d’où il est très dur de sortir.

 

Conclusion :

Dans un premier temps on a donc vu que les nouvelles technologies causaient beaucoup de problèmes de santé aux jeunes, notamment des retards de développement, une baisse des résultats scolaire à cause d’une utilisation trop massive et trop tôt des technologies de communication.

Ensuite on a pu voir que ces technologies pouvaient être source d’addiction, qui changeait grandement le comportement des jeunes, on a observé également dans certains cas une utilisation de ces technologies à des fins mauvaises.

Enfin dans un second temps on à observer un aspect peut être un peu moins évidant avoir que les soucis de santé, cette seconde partie traitait des relations avec les autres, des modifications sur le comportement social des jeunes.

On avait vu d’abord que la place de la famille et plus généralement des proches était mise en dangers par ces nouvelles technologies de communication.

On avait ensuite vu que cela mettait les jeunes dans des mauvaises postures, et que certains se sentaient obligés d’emprunter des personnalités afin d’être mieux vu etc…

Enfin en dernier lieu nous avons vu que les addictions causaient un gros manque de sommeil chez les jeunes, et que cela réduisait leurs capacités (physique ou mental) et donc leurs chances de réussite dans la vie.

Donner un accès aux nouvelles technologies de communication aux jeunes trop tôt n’est donc pas leurs rendre services, mais bien les mettre en dangers, car ces dernières modifient grandement leurs comportements dans la vie de tous les jours.

Enfin on peut solliciter un autre problème de l’augmentation de l’utilisation des technologies. C’est ce qui est soulevé par Nouyrigat Vincent, qui s’est penché sur les dangers pour la planète. Non seulement les jeunes se détruisent avec toutes ses addictions, mais en plus ils contribuent à la destruction de la planète.

On peut donc se demander combien de temps ces nouvelles technologies vont-elles encore être valorisées ? Vont-elles devenir interdite avant un certain-âge ? Va-t-on devoir réduire les consommations afin de préserver notre belle planète ? Tant de sujet et de questions posés, auxquelles il va falloir répondre à temps.

 

FELDER Charlélie

CHAUVIN Mathias

 

Bibliographie : 

  • Amri Mahdi et Vacaflor Nayra. Téléphone mobile et expression identitaire : réflexions sur l’exposition technologique de soi parmi les jeunes. 08-01-2011.
  • Clouet Eva. La prostitution étudiante : à l’heure des nouvelles technologies de communication. Max Milo editions. 10-04-2008.
  • Dossier : têtes à  clics : 16-24 ans : portrait d’une génération. Courrier international (1239/1240/1241) [Périodique]. 31-07-2014. 26-32.
  • Leroux, Yann. Un monde de geeks (dossier : générations numériques, des enfants mutants ?). Sciences humaines (N°252) [Périodique]. 01-10-2013. 48-51.
  • Morozov, Evgeny. Les dangers de l' »ubérisation ». Problèmes économiques (N°3128) [Périodique]. 01-03-2016. p.34-39.
  • Nouyrigat, Vincent. Streaming, Bitcoin, IA… Le délire énergétique !. Science & vie (N°1219) [Périodique]. 01-04-2019. p.42-47.
  • Santi, Pascale. Smartphones et tablettes, les ennemis du sommeil. Le Monde [Périodique]. 16-03-2016.
  • Santi, Pascale. Sommeil : gare à la lumière bleue le soir. Le Monde [Périodique]. 21-11-2014.
  • Santi, Pascale et Stéphane Foucart. Troubles de l’attention, du sommeil, du langage…  « La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle ». Le Monde [Périodique]. 21-10-2019. 
  • Tisseron, Serge. « Les nouvelles technologies modifient la manière de percevoir les autres et soi-même ». Le Journal du Net. 25-09-2003.
Ce contenu a été publié dans Créativité, innovations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à En quoi les nouvelles technologies de la communication influent-elles sur les comportements des jeunes en France ?

  1. btsenil dit :

    Je trouve votre article pertinent et attrayant. Il est simple à comprendre, assez bien structuré et l’on comprend bien l’objectif de votre contenu. De plus c’est un sujet d’actualité intéressant auquel nous sommes confronté au quotidien. Votre problématique semble être en définitive bien traitée et votre ouverture de fin est judicieuse ! 🙂
    Camille Lacroix

    • btsenil dit :

      Réponse au commentaire de LACROIX Camille :
      Merci de votre retour ! En effet nous avons essayé de vraiment travailler le plan avant de développer, pour pouvoir structurer au maximum l’information. Nous avons aussi voulu voir plus loin que cette simple problématique, et nous nous sommes rendu compte qu’au delà des soucis causé aux jeunes, ces technologies causaient beaucoup d’autres problèmes.
      CHAUVIN Mathias

  2. btsenil dit :

    Votre travail est riche en informations, je trouve très intéressant que vous développer ce sujet d’actualité. En effet les nouvelles générations subissent une addiction dans ce siècle numérique. Je tiens aussi à vous rejoindre sur les questionnements que vous avez mis en avant à la fin de votre article. Nous aurons sans aucun doute les réponses dans les années à venir. Votre travail est très bien construit et ce fut un plaisir de lire votre publication.

    BAUD Cyril

    • btsenil dit :

      Réponse au commentaire de BAUD Cyril :
      En effet se sujet semblait pertinent dans la mesure où nous faisons partis des principaux concernés par ces addiction, …
      Ce sujet été très vaste, et c’est pour cela qu’il reste quelques questions à éclaircir, auxquelles j’essaierai de répondre en lisant quelques autres articles à ce sujet que je n’ai pas eu le temps de traiter.
      CHAUVIN Mathias

Les commentaires sont fermés.