A votre santé !

A votre santé !


XXIème siècle. En France, beaucoup trop de malades. Des cas tous différents. Des cas à traiter, à surveiller et à guérir.

D’abord il y a l’Etat. Il propose de nombreuses structures publiques pour assurer les soins et la santé des citoyens français. Cela induit les hôpitaux, les maisons de retraite, les médecins généralistes publics… Pourtant les associations envers les malades se multiplient ce qui peut amener à penser que les médicaments sont toutefois rudimentaires. Alors une question se pose : est-ce que le secteur public assure suffisamment le suivi médical des malades français?

Nous évoquerons une loi française récente qui permet à certains patients de tirer les bénéfices de leur énergie puis que les établissements médicaux restent un point de repère dans la santé. Enfin nous verrons qu’il est possible de prévenir la dégénérescence.

Nouvelle loi française : les patients utilisent leur énergie

A partir du 1er Mars 2017, les malades atteints d’affection longue durée* peuvent se voir prescrire du sport sur ordonnance. Il s’agit là d’un nouveau souffle qui marque une nouvelle conception des traitements médicaux. Il ne s’agit pas d’ingérer des médicaments mais de pratiquer une activité physique et sportive dont les bienfaits méritent d’être soulignés. Ce genre d’activité sportive est encadré par des médecins traitants, des psychiatres, des nutritionnistes, des psychologues et des coachs sportifs spécialisés. Le principe du sport sur ordonnance est de pratiquer une activité adaptée et correspondant à la fois à la pathologie du patient, à ses besoins mais aussi à ses aptitudes.

Course à pied. Illustration provenant de Clic images 2.0 – Réseau Canopé
http://www.cndp.fr/crdp-dijon/clic-images/

Nicolas, 43 ans, est un homme qui souffre de nombreux handicaps. Il est atteint d’hémophilie**, de dysphasie (difficulté à comprendre les consignes et à parler) et présente des problèmes de coordination et d’équilibre. Son médecin lui a entre autres prescrit des cours de boxe. Un an et demi plus tard, on constate que le sport lui a permis de faire de grands progrès à plusieurs niveaux dont au sujet de son équilibre.

Gants de boxe. Illustration provenant de Clic images 2.0 – Réseau Canopé
http://www.cndp.fr/crdp-dijon/clic-images/

Ce bel exemple illustre que le sport permet d’améliorer la santé et est porteur d’espoir pour ses pratiquants. Outre les bienfaits physiques, le sport favorise la création de liens sociaux tout en diversifiant leur vie quotidienne rythmée par des soins mais surtout il permet de diminuer la sédentarité.

En revanche, le sport sur ordonnance possède aussi ses points négatifs. Les séances sont onéreuses et ne sont à ce jour pas encore remboursées par l’Assurance Maladie. Il s’agit là d’un coup qui empêche à certains patients d’y accéder. De plus, tous les médecins ne sont pas suffisamment informés à propos de ce dispositif.

*Les affections longues durées sont des maladies reconnues par la sécurité sociale comme exigeant un traitement prolongé et coûteux.

**L’hémophilie est une maladie héréditaire récessive et liée au sexe. Elle est transmise par les femmes et n’atteint que les hommes. Elle est caractérisée par une tendance plus ou moins grave aux hémorragies du fait de l’insuffisance d’un facteur de coagulation dans le plasma.

Les hôpitaux? Oui. Avec ou sans complément?

D’une manière générale, les hôpitaux restent les abris des soins des grandes pathologies. Leurs rôles sont de prendre en charge les patients et de contribuer à leur état de santé. Il lui est alors possible de répondre à toutes les détresses de tous les citoyens et ce, qu’importe leur âge et leurs revenus. D’un autre coté, ils sont au cœur de grands débats. Ils sont impactés par des restrictions budgétaires, des réorganisations du personnel, un nombre de lits qui diminue pour un nombre de malades qui reste constant ce qui a conduit à des manifestations et des innovations. Par exemple, au Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, le corps médical a entreprit une nouvelle démarche qui lui est propre : la démarche participative. Le fait est que les médecins, les infirmiers, les aides-soignants, les internes et les art-thérapeutes* se réunissent régulièrement pour discuter des cas de chaque patient. Elle permet de lutter contre la déshumanisation des soins. De cette façon, les conditions de travail des soignants et la prise en charge des patients se sont améliorées. 

Médecin et son patient. Illustration provenant de Clic images 2.0 – Réseau Canopé
http://www.cndp.fr/crdp-dijon/clic-images/

Plus localement, à Besançon, au CHRU, une nouvelle approche s’est mise en place: écrire. Cela concerne les enfants et adolescents qui écrivent des livres basés sur des histoires autobiographiques qui mettent en scène des supers héros. « Pour les soignants, cette démarche est considérée comme un nouveau soin dans la prise en charge de la souffrance morale des patients. » a souligné Virginie TROUILLET, cadre de santé. Cela leur  permet d’exprimer leurs sentiments profonds soit de les soulager du poids de leurs maladies.

Ecrire. Illustration provenant de Clic images 2.0 – Réseau Canopé
http://www.cndp.fr/crdp-dijon/clic-images/

Cependant, ces mesures ponctuelles ne suffisent pas à l’ensemble des personnes malades en France. Les associations autour des malades se multiplient pour soutenir les cas isolés qui en fait sont multiples.

Des associations privées se forment autour des personnes pour les accompagner au quotidien. Elles peuvent agir de différentes manières. Souvent locales, elles peuvent servir à accompagner des personnes qui souffrent de troubles psychiques suite à une épreuve de la vie. Ainsi l’accompagnement est spécifique et adapté. Ces structures, ouvertes à tous, sont de véritables lieux de vie. Il en existe une à Besançon nommée « Les Invités au Festin ». Elle propose des soins reposants et s’appuie sur un esprit d’entraide, de partage et de solidarité et ce, chaque jour. Elle est vraiment bénéfique à ses résidents. Séverine a eu un accident de voiture. Cette maison lui a aussi évité l’hospitalisation et l’a aidé à surmonter ses maux.

« Si j’étais pas ici, je serai dans la tombe » confie-t-elle.

Sinon d’autres types de structures existent. En Saône & Loire, Maine & Loire et Haute-Garonne, des résidences pour personnes âgées mais aussi pour personnes handicapées ouvrent progressivement. Elles s’apparentent à de véritables projets de vie car leurs buts sont multiples et essentiels. Ces démarches souhaitent favoriser l’autonomie, casser l’isolement et retarder le plus longtemps possible la dépendance. Ces structures ressemblent à des quartiers où l’on trouve nombre de services de proximité et activités.

D’un autre côté, il existe aussi de grandes organisations privées qui interviennent à une échelle nationale. Une des plus connues est l’AFM Téléthon. Il s’agit d’un organisme de recherche dont le but est de guérir des enfants mais aussi des adultes atteints par de graves pathologies. L’association fonctionne grâce à la solidarité et aux dons des Français. Elle organise chaque année un marathon télévisuel dans le but de récupérer des fonds. En 2018, L’AFM-Téléthon a récupéré 69 290 089€ de dons. L’argent versé au Téléthon permet de financer les recherches du Généthon*. De grandes avancées ont été réalisées, de nombreuses personnes ont pu guérir. Leurs victoires sont réelles et ne sont pas terminées…

Chercheuse. Illustration provenant de Clic images 2.0 – Réseau Canopé
http://www.cndp.fr/crdp-dijon/clic-images/

*L’art-thérapie est une méthode utilisant des modes d’expressions artistiques (arts plastiques, musique…) à des fins psychothérapiques.

*Le Généthon est le laboratoire de l’AFM Téléthon. Ses recherches sont notamment basées sur l’utilisation des gènes pour traiter les maladies incurables.

Mieux vaut prévenir que guérir !

La prise en charge des patients peut aussi passer par la prévention. Ainsi, la prévention est facultative, basée sur le volontariat. Elle sert à prévenir les personnes avant qu’elles n’aient besoin de réels soins. La prévention est accessible à tout le monde. En revanche, elle est plus marquée pour les personnes âgées. En effet, l’espérance de vie étant de plus en plus  longue, il y a de plus en plus de personnes âgées et donc de personnes dont la prise en charge est importante, longue et coûteuse. 

La prévention se met en place localement. Par exemple au Languedoc-Roussillon, des travaux d’observation se mettent en place pour prévenir de la décadence due à la vieillesse. Le but est de repérer les signes prédisposants tels que la précarité, la solitude, l’isolement, un suivi médical trop faible… Les fragilités proviennent du comportement des gens lorsqu’ils sont encore aptes à faire pleins de choses. C’est pourquoi des salons/forums se mettent en place tels que ceux du Bien Vieillir. Des médecins, des travailleurs sociaux, des bénévoles et des retraités se retrouvent autour d’ateliers pour se rencontrer, se retrouver, discuter, partager, échanger, découvrir et répondre aux effets négatifs du vieillissement. Ces salons du Bien Vieillir rencontrent de grands succès ce qui est encourageant pour la suite et annonciateur d’efficacité. Le programme Bien Vieillir est né en 2005 et est soutenu par les instances gouvernementales et des partenaires nationaux ce qui prouve son utilité.

Discuter. Illustration provenant de Clic images 2.0 – Réseau Canopé
http://www.cndp.fr/crdp-dijon/clic-images/

La prévention s’exprime également dans les EHPAD*. Comme à Onzain dans le Loire & Cher, le personnel médical de la maison de retraite a créé un jardin de soin. Il est organisé de telle sorte qu’il y ait une zone de repos, une zone de marche et une zone de jardinage. Il permet d’apporter de la sérénité aux résidents ainsi qu’une considération pour eux-mêmes ce qui les motive à rester en bonne santé et à conserver une attitude positive quant à leur avenir. Les étapes de jardinage servent à préserver leurs capacités intellectuelles. Par exemple, un plant de salade ne sera jamais planté à l’envers même si la personne ne se rappelle plus à quoi sert une fourchette.

Cueillir. Illustration provenant de Clic images 2.0 – Réseau Canopé
http://www.cndp.fr/crdp-dijon/clic-images/

*EHPAD : Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

En bref

Le sport sur ordonnance est une mesure gouvernementale incomplète. Elle pourrait être bénéfique à tous mais n’est pas accessible à tous. De leur côté, les hôpitaux sont un pilier de guérison mais pour que la prise en charge du patient soit complète, l’accompagnement supplémentaire offert par certains organismes semble plus qu’approprié. Pourtant des initiatives du personnel médical se mettent en place progressivement en faveur du bon suivi du patient. Enfin la prévention médicale est un bon atout pour l’avenir. Elle permet d’éviter la dégénérescence due à la vieillesse. Cependant la prévention interagit dans notre quotidien à propos de maladies infectieuses telles que la grippe, le VIH ou les cancers sur lesquelles nous avons à notre disposition beaucoup d’informations disponibles. En somme, le secteur public propose un suivi médical mais ne permet pas à lui seul de proposer un encadrement suffisant au patient. Un complément par des organismes privés est astucieux si leur association est cohérente. Pour finir, un vrai élan de solidarité existe puisque le peuple français est uni contre la maladie. Cela se traduit par des marches, des marathons, des mois de sensibilisation comme Octobre rose pour lutter contre le cancer du sein… 

 

Laetitia CHAMBOSSE & Gaëlle CLEMENT

Bibliographie

Allodocteurs.com, équipe de la rédaction d’Allodocteurs.com. “Des débuts difficiles pour le “sport sur ordonnance””. [vidéo en ligne]. In https://www.francetvinfo.fr. Franceinfo. vidéo 3min21. Disponible sur https://www.francetvinfo.fr/sante/sport-et-sante/des-debuts-difficiles-pour-le-sport-sur-ordonnance_2669366.html

Buthod, Véronique. Le lien retrouvé à la terre. Quatre saisons du jardin bio (Les) (N°216) [Périodique]. 2016. p. 80-84

Cabut, Sandrine / Flessel-Colovic, Laura / Santi, Pascale. Bouger, c’est préserver sa santé. Le Monde (N°22746) [Périodique]. 28-02-2018. p.1,4-5 du Cahier Science.

Cabut, Sandrine / Santi, Pascale. Sport : le champion des traitements. Le Monde (N°21854) [Périodique]. 22-04-2015. p.4-5 du Cahier Science

Debaussart, Gildas – Guyon, Christophe – AFM-Téléthon Productions. “Retour en images sur les victoires du Téléthon 2018” / “De la recherche aux traitements”. [vidéo en ligne]. In evenement.telethon.fr [en ligne]. AFM Téléthon, dernière mise à jour le 29-07-2015. 1 vidéo 2min03 / 2min29. Disponible sur https://evenement.telethon.fr/2018/immense-merci-vous-117839 / https://evenement.telethon.fr/2018/telethon-2018-revolution-medicale-117374 

Gazé Desjardins, Marie-Luce: “Des maires témoignent”. Le bimsa. 12-2012. p.14

Gazé Desjardins, Marie-Luce: DOSSIER “Les Clefs du Bien Vieillir”. Le bimsa. 12-2012. P.15-23.

Gellot, Nicole. “Un « lieu de vie qui soigne » les troubles psychiques”. Age de faire (L’) (N°092) [Périodique]. 01-12-2014. 1,3.

Picard, Nathalie. Demain, des soignants heureux? Le Monde (N°22399) [Périodique]. 18-01-2017. p.1,4-5 du Cahier Science

Santi, Pascale. Ecrire contre la maladie. Le Monde (N°22117) [Périodique]. 24-02-2016. p.2 du Cahier Science.

 

 

Ce contenu a été publié dans La solidarité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à A votre santé !

  1. Pelletrat Hélèna dit :

    Je trouve que cet article est très riche en arguments mais également en exemples ce qui nous permet de bien comprendre le sujet. Il y’a beaucoup d’illustrations ce qui permet une « pause » entre chaque paragraphes ce qui rend la lecture plus facile.

  2. btsenil dit :

    Un article très intéressant avec des références au secteur avec le CHRU de Besançon par exemple, c’est très bien. Un sujet jamais assez développé à mon goût.
    Bravo à vous les filles!!

    Daval Charlène

  3. btsenil dit :

    Cet article est très intéressant puisqu’on y retrouve des arguments pertinents ainsi que des exemples de la vie réelle. De plus, les nombreuses illustrations chacune en rapport avec un paragraphe permettent d’aérer le blog.

    JACQUET Léa

  4. btsenil dit :

    Je trouve cette article très bien construit, avec un contenu argumenté et explicatif.
    Les images placé tout au long du texte permet de crée une aération à l’article.

    Andréas BERG

  5. btsenil dit :

    Cet article me paraît pertinent et fiable.
    En effet, la forme est épuré et illustré, ce qui permet une lecture simple et claire.
    Mais surtout, le fond est approprié. Il répond de manière précise à la problématique, tout en étant argumenté et riche en exemple.
    De plus, votre problématique est un thème d’actualité, qui donne envie de lire votre blog.
    Je vous félicite pour ce travail de qualité.

    Léa PAGUET.

  6. Alips Léa dit :

    Un article vraiment très intéressant! Beaucoup d’exemples qui illustrent très bien notre société actuelle et les améliorations pour l’avenir. Bravo !

  7. Heinrich Guillaume dit :

    Cette article est très bien construit il est facile à comprendre et bien illustré avec des exemples actuels

    • btsenil dit :

      Merci Guillaume. Ton commentaire est pertinent pour les futurs articles que nous pourrions écrire.
      Gaëlle

  8. Alonet clémence dit :

    Cet article est extremement complet sur le sujet, et très bien structuré. Les images sont pertinentes pour bien comprendre les exemples. Le titre est bien choisis.
    La problematique requise est en lien avec la solidarité et de plus, est d’actualité. Un travail de qualité a été fourni.

  9. btsenil dit :

    Votre sujet permet de voir qu’il y a une solidarité très importante dans le secteur des loisirs, une solidarité à tout âge.
    C’est un super sujet, bravo les filles.

    Marine SALOMON

Les commentaires sont fermés.