Covid19: l’essor des circuits-courts s’est montré être une réelle solution aux dérives de la société de consommation

En quoi l’essor des circuits courts depuis le début de la crise Covid s’est révélé une réelle solution aux dérives de la société de consommation en France ?

Tout d’abord, commençons par rappeler la définition du circuit-court: selon le ministère de l’Agriculture, un circuit court est un mode de vente avec au maximum un intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Cet intermédiaire peut être un supermarché, un boucher, un boulanger, une plateforme de commande par internet… Dans la pratique, les circuits courts prennent en compte une notion de proximité géographique, à l’intérieur d’une région, d’un territoire. Il existe des formes traditionnelles : vente à la ferme, vente sur les marchés . Et des formes plus récentes : les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap), les commandes par internet, les magasins de producteurs, les drives fermiers… Ainsi on peut se demander comment l’augmentation du recours à cette pratique de consommation en période de crise peut-elle constituer une réelle solution aux dérives de la société de consommation en France ?

Une consommation via les circuits-courts en pleine explosion depuis le début de la crise sanitaire

Les circuits-courts de commercialisation de produits alimentaires font leur grand retour en France depuis une quinzaine d’années. La vente directe par le producteur et l’approvisionnement local des artisans et petits commerces, pourtant millénaires, avaient en effet quasiment disparu au profit des supermarchés. Cependant les crises alimentaires (en particulier celle de la « vache folle ») et l’augmentation de la méfiance des consommateurs envers les industriels de l’agroalimentaire a conduit à changer nos habitudes alimentaires depuis quelques temps, en effet les consommateurs sont de plus en plus nombreux à vouloir savoir d’où viennent leurs aliments et comment ils ont été produits. (d’après le livre Et si on mangeait local ?)

Toutefois, depuis 2 ans en France, les pratiques de circuits-courts ont explosé. En effet, la crise du covid-19 et les nombreux confinements ont renforcé le besoin d’échange, ainsi la vente directe s’est avérée être une solution pour retrouver le contact humain avec le producteur. Certains producteurs ont d’ailleurs mis en place la livraison à domicile pour les particuliers, notamment pour les personnes âgées à qui ça a réellement facilité la vie.

De ce fait, la livraison à domicile et l’émergence de nouveaux points de vente de producteurs ont permis à la fois de limiter les déplacements en voiture, de limiter les risques sanitaires par une plus faible confrontation à d’éventuelles sources de contamination, mais aussi de remettre du sens dans notre consommation en soutenant les producteurs locaux, qui peuvent eux aussi faire face à des difficultés en cette période difficile (fermeture des marchés, couvre feu, etc). (voir article Profession fromager)

D’après un rapport de recherche sur l’étude de  la consommation ( voir sur le site Accenture) : les préoccupations desAfficher l’image source consommateurs en 2020 sont d’avantages dirigées vers des achats plus sains, plus durables et seulement auprès de marques connues et de confiance.

Un article wedemain recueille les témoignages  de coopératives de producteurs sur la hausse de leur activité durant la crise: Natacha Gan, responsable communication et développement chez Kelbongoo, explique « On a vraiment eu une très grosse augmentation du nombre de commandes », et « nos commandes ont augmenté de 30 à 40 % ».Le réseau « La Ruche qui dit oui »  remarque aussi l’engouement des consommateurs, ils ont enregistré une hausse de 70% de leur chiffre d’affaires.

Ainsi cette crise sanitaire a permis une prise de conscience chez les consommateurs qui sont de plus en plus nombreux à vouloir soutenir leur économie locale.

Un regain d’activité pour l’économie locale

La crise sanitaire qui nous a frappé en 2020 a évidemment permis aux consommateurs de s’approvisionner facilement avec des produits frais à proximité de chez eux, mais ça a également été un vrai coup de pouce pour les producteurs qui ont vu la demande exploser !

Comme en Ile-de-France, les maraîchers ont vu leurs demandes multiplier par 10 d’après les observations de Yuna Chiffoleau, sociologue à l’INRAE. (voir article France 3)

D’après l’article Réussir fruits et légumes, l’observatoire de la consommation responsable explique que pour 47% des français, consommer responsable : « c’est d’abord adopter une stratégie de réorientation vers le local et les circuits courts ».

Ensuite d’après la journaliste Dalila Bouaziz dans l’article Ecommerce mag : « en 2020, 64% des consommateurs français ont consommé des produits issus des circuits courts (au moins une fois par mois) ». Elle ajoute que ceux-ci n’ont jamais été autant plébiscités par les consommateurs, que ce soit par les points de ventes physiques (à la ferme, en magasin de producteurs, chez les artisans, sur les marchés), ou bien par la commande en ligne avec la livraison à domicile.

De cette façon, face à la demande grandissante, les producteurs ont mis l’accent sur le développement de différentes formules de vente telles que le drive ou le « click and collect » qui sont devenus de réels atouts pour augmenter leur chiffre d’affaires. (voir article Profession fromager)

Ainsi, des plateformes en ligne ont par exemple été crées pour permettre aux consommateurs de faire leurs courses en ligne facilement chez leurs producteurs locaux: c’est une véritable action de soutien mise en place pour revaloriser la production territoriale. (voir article du journal la terre de chez nous)

Les circuits courts relancent l’économie locale, mais ne permettraient-ils pas par la même occasion, de façon indirecte, de mettre un frein à ces tendances de surconsommation influencées par la société ?

De nouvelles habitudes de consommation qui freinent les tendances de la société consumériste.

Avec la crise sanitaire, on note une tendance à un certain replis sur soi, notamment du point de vue économique. La perte de confiance dans les grandes marques alimentaires, la quête de sens dans nos achats alimentaires, le regain d’intérêt pour le commerce de proximité, les Français n’ont jamais eu autant d’appétit pour les produits locaux et régionaux. Le chef Eric Guérin explique qu’il « substitue des ingrédients lointains par des produits locaux » et que de cette façon, des partenariats de confiance sont mis en place » avec les producteurs. (voir article Réussir fruits et légumes)

Consommer local permet donc aux consommateurs d’avoir des produits frais, de meilleure qualité, de saison, dont on connaît l’origine et qui respectent des savoirs faire locaux. Et en contre partie, cela implique de consommer en moins grande quantité. Cela s’avère finalement être une solution à la pollution, en effet les aliments parcourent moins de kilomètres avant d’arriver dans nos assiettes, mais aussi une solution aux dérives de notre société actuelle qui nous pousse à consommer toujours plus.

Ces dernières années, la croissance des circuits alternatifs aux grandes et moyennes surfaces est en effet un signal fort des nouveaux modes de consommation, on voit que la consommation en grande surface recule, tandis qu’elle augmente pour d’autres pratiques de consommation plus respectueuses de l’environnement. (Voir sur Relation clients mag)

Conclusion

Pour conclure, la crise du covid-19 a été un véritable « boost » pour les pratiques de circuits-courts en France qui commençaient doucement à s’installer depuis quelques années. Ce regain d’intérêt pour, en particulier, le commerce de proximité causé à l’origine par un besoin d’échange, par soucis de praticité ou par mesure sanitaire, a permis de soulever des problématiques telles que le maintien de la production locale ou le respect de l’environnement. Ainsi cette prise de conscience chez de nombreux consommateurs permettra peut-être de changer cette tendance à la surconsommation, car il est sans nul doute que même après la crise, les habitudes de consommation ne seront plus les mêmes qu’auparavant.

WEY Amélie

AEBISCHER Mylène

Bibliographie:

 

 

Ce contenu a été publié dans Consommer autrement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Covid19: l’essor des circuits-courts s’est montré être une réelle solution aux dérives de la société de consommation

Les commentaires sont fermés.